Monde

Syrie: l'ONU condamne la répression de Bachar al-Assad

Temps de lecture : 2 min

Photo: Banyas Demos/Syria-Frames-Of-Freedom via Flickr
Photo: Banyas Demos/Syria-Frames-Of-Freedom via Flickr

L'Assemblée générale des Nations unies a adopté jeudi 16 février une résolution condamnant la répression violente des manifestations en Syrie par le régime de Bachar al-Assad ces onze derniers mois.

La résolution, soutenue par la Ligue arabe, a été adoptée par 137 votes pour, 12 contre, et 17 abstentions d'après l'Associated Press. La Russie et la Chine, qui avaient opposé leur veto à une résolution similaire au Conseil de sécurité de l'ONU deux semaines plus tôt, ont voté contre.

Après leur veto, les forces d'Assad ont intensifié leur répression, particulièrement contre la ville de Homs, centre de la résistance syrienne. Les résolutions de l'Assemblée générale onusienne sont principalement symboliques, contrairement à celles du Conseil de sécurité, puisqu'il s'agit d'une assemblée consultative.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a «salué le message tant attendu» envoyé par ce vote. Plus tôt dans la journée de jeudi, il avait dit que des crimes qu'on pouvait qualifier presque certainement de crimes contre l'humanité étaient commis en Syrie:

«On voit des quartiers être bombardés sans distinction, des hôpitaux utilisés comme centres de torture. Des enfants de 10 ans emprisonnés et violentés. On voit des crimes contre l'humanité presques certains.»

Slate.fr

Newsletters

Comment détecter une caméra cachée dans votre Airbnb

Comment détecter une caméra cachée dans votre Airbnb

N'ayez crainte, ça n'arrive pas (trop) souvent.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Incendie à Notre-Dame, publication du rapport Mueller et confirmation du candidat de l'opposition à la tête de la mairie d'Istanbul... La semaine du 13 avril en images. 

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs.

Newsletters