Monde

Les transports nucléaires aux Etats-Unis sont-ils sûrs?

Slate.fr, mis à jour le 16.02.2012 à 18 h 59

Kenworth T600 Truck and Reefer Trailer. born1945 via Flickr CC Licence by.

Kenworth T600 Truck and Reefer Trailer. born1945 via Flickr CC Licence by.

Habitez-vous près d’un site ou d’une route où un accident nucléaire pourrait avoir lieu? C’est la question à laquelle répond le site Mother Jones, qui publie une carte détaillée des installations nucléaires civiles et militaires du territoire américain, ainsi que des routes empruntées pour convoyer les matériaux radioactifs.

Près de 600 conducteurs employés par l’Office of Secure Transportation (OST), agence du département américain de l’Energie (DOE), utilisent certaines des routes les plus fréquentées du pays pour transporter du matériel radioactif vers plusieurs laboratoires, réacteurs et bases militaires. La plupart des transports concernent des bombes, des composants d’armes nucléaires, des métaux radioactifs destinés à la recherche ou du carburant pour les bateaux et sous-marins de la Navy.

L'article de Mother Jones est plutôt alarmant. «Chaque fois que vous mettez des armes ou des déchets nucléaires sur une autoroute, vous créez un risque», affirme Tom Clements, un donneur d’alerte sur la sécurité nucléaire de l’ONG Friends of the Earth (Les Amis de la Terre). Pour le Dr. Matthew Bunn, un professeur de Harvard ayant conseillé Bill Clinton sur la sécurisation des matières nucléaires, «un transport est par nature plus difficile à défendre contre une attaque ennemie qu’un site».

Un rapport du département de l’Energie estime qu’une bombe ou une attaque à la roquette dirigée contre un camion pourrait tuer 18.000 personnes et coûter 10 milliards de dollars. Ces risques ont amené certains activistes à surnommer ces transporteurs nucléaires «the axles of evil», jeu de mot avec «Axe du Mal» et «axle», qui signifie essieu en anglais.

Certes, les transports font l’objet d’une surveillance particulière de la part de l’OST. Les agents, d’anciens militaires des forces d’opérations spéciales, ont la possibilité de bloquer le camion pour qu’il ne soit ni ouvert ni déplacé, et le véhicule lui-même a «la capacité de se défendre», répond énigmatiquement un responsable de l'agence. Sauf que ces routiers du nucléaire ont été impliqués dans plusieurs affaires, allant de l'accident de la route aux activité criminelles. En 2010, le département d’Etat à l’Energie a ainsi enregistré 16 incidents liés à l’alcool entre 2007 et 2009, et déterminait entre 2001 et 2004 que les procédures et les règlements sur le port d'arme étaient systématiquement violés. 

Et en France? L’Est Républicain rappelle qu’en janvier dernier, lors d’un procès à huis clos devant la chambre militaire du tribunal de grande instance de Marseille, un jeune militaire de 28 ans a été condamné à six mois de prison avec sursis pour l’accident d’un camion de transport nucléaire. L'accident a fait trois blessés. Bridé à 80 km/h, le camion avait enregistré des pointes à 105, avant de se renverser dans un virage sur la base militaire d'Istres. Théoriquement destiné au transport d’ogives nucléaires, le camion était, ce jour de juin 2010, heureusement vide. 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte