Life

Par quoi remplacer les antibiotiques?

Slate.fr, mis à jour le 16.02.2012 à 12 h 29

drug companies to collaborate on Alzheimer disease/opensourceway via Flickr CC License by

drug companies to collaborate on Alzheimer disease/opensourceway via Flickr CC License by

«L'ère des antibiotiques touche à sa fin, annoncait le Guardian en 2010. (....) L'apocalypse post-antibiotique est en vue

Nous vous avions déjà parlé du problème de la résistance des bactéries aux antibiotiques, et notamment de celles qui peuvent représenter un danger réel comme la tuberculose ou les staphylocoques. Une partie de cette résistance est liée à la sélection naturelle, qui fait que ce sont les souches les plus résistantes aux médicaments qui survivent. Une utilisation inappropriée de ce type de traitement est aussi en cause.

Smartplanet fait donc le point sur des techniques médicales du futur qui pourraient, à l'avenir, remplacer nos antibiotiques devenus inefficaces. 

Le département américain de la Défense, qui prend le sujet très au sérieux en raison de besoins militaires élevés, a lancé un appel pour le développement d'un remplacement des antibiotiques basé sur des nanoparticules qui viseraient directement les cellules porteuses de maladies. Mais trouver des développeurs capables de soutenir un processus de recherche potentiellement long et extrêmement complexe est problématique, et un système dans lequel les nanoparticules désirées pourraient être créées dans la semaine ne pourra pas exister avant plusieurs dizaines d'années.

Parmi les solutions envisageables, on trouve également l'utilisation des peptides antimicrobiens qui font partie du système immunitaire des animaux et que l'on trouve par exemple sous la peau ou dans les intestins d'amphibiens, de requins ou de mammifères. Si ces molécules ont survécu dans la nature pendant des millions d'années, résume Smartplanet, une bactérie pourrait avoir du mal à lui résister... Ce qui n'est pas totalement certain.

Une autre approche pourrait être de se concentrer non sur le but de tuer la bactérie mais plutôt de la remplacer par d'autres plus bénignes. C'est le principe de la greffe fécale, ultime recours en cas de diarrhée résistante aux antibiotiques, et qui consiste à se faire transplanter des petites quantités du contenu du colon d'une personne saine.

Finalement, résume Smartplanet, mieux vaut prendre aujourd'hui soin d'utiliser correctement les méthodes dont nous disposons. Le New York Times faisait en mars 2011 le tour des recommandations pour une meilleure utilisation des antibiotiques, qui pourrait passer par moins de prescriptions et la limitation de l'automédication.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte