Sports

Le football américain va-t-il s'autodétruire?

Slate.fr, mis à jour le 15.02.2012 à 14 h 19

Marshawn Lynch lors du match entre Seattle et la Nouvelle Orléans le 9 janvier 2011, REUTERS/Robert Sorbo

Marshawn Lynch lors du match entre Seattle et la Nouvelle Orléans le 9 janvier 2011, REUTERS/Robert Sorbo

Les commotions cérébrales pourraient menacer à terme l’existence même du football américain. C’est ce que suggèrent de plus en plus d’observateurs, comme Doug Farrar, effarés devant la multiplication de ce type de blessures dues aux chocs très violents constatés sur les terrains, notamment en NFL, le championnat professionnel aux Etats-Unis. Alors que le Super Bowl a récemment drainé des audiences records à la télévision, le football américain continue de se voiler la face et tente d’occulter ce problème de santé publique malgré la sévérité des statistiques.

En effet, il apparaît, par exemple, que dans les rangs lycéens et universitaires, près de deux millions de commotions cérébrales seraient constatées chaque année aux Etats-Unis. Et encore faut-il préciser que de nombreux blessés qui ignorent la gravité de leur état évitent de passer par la case médecin.

Grantland, un site américain dédié au sport et à la culture, l’a récemment démontré dans un article titré «The fragile teenage brain». Dans ce reportage, il était ainsi indiqué que le cerveau des adolescents, à partir du moment où il était soumis à des chocs répétés, avait de fortes chances d’être confronté ensuite à de graves problèmes de mémoire.

En décembre 2011, en NFL, le joueur Colt McCoy, qui a 26 ans et évolue au sein des Cleveland Browns, était mis au tapis par James Harrison des Pittsburgh Steelers lors d’une collision casque contre casque. Il est ensuite revenu sur le terrain malgré le fait qu’il n’était visiblement pas en état de poursuivre la rencontre. Son entraîneur a nié cette évidence. Pourtant, après le match, McCoy ne semblait plus se souvenir de l’incident avec Harrison. Médiatiquement, l’accident a été largement diffusé, mais aucune conséquence n’en a été tirée.

Actuellement, la NFL fait face à une vingtaine de procès d’anciens joueurs victimes de séquelles dues à la pratique de leur ancien métier, mais la ligue professionnelle tente de minimiser leurs plaintes en arguant que la santé des joueurs a toujours été sa préoccupation et qu’en aucun cas ce souci sanitaire n’a été minimisé.

Ressurgit alors, face à une hécatombe de plus en plus plausible, l’idée peut-être pas si saugrenue qu’un jour, les humains seront remplacés par des robots sur les terrains de jeu, où tous les coups seront alors vraiment permis…

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte