Life

Pourquoi le design des préservatifs n'a presque pas changé en cent ans

Slate.fr, mis à jour le 15.02.2012 à 11 h 59

Préservatif /Spec-ta-cles viaFlickr CC License by

Préservatif /Spec-ta-cles viaFlickr CC License by

Depuis 1880 et l'apparition des premiers préservatifs en caoutchouc, leur design n'a presque pas changé. Selon le L.A. Weekly, qui évoque cette «question de vie ou de mort», cela serait dû à une logique quantitative plus que qualitative, mise en place par les fabricants par manque d'argent:

«Les préservatifs sont produits en grosse quantité et à faible coût de production, de sorte que les entreprises qui les produisent, et c'est compréhensible, mettent de l'argent dans la distribution et non l'innovation. Ils pourraient bricoler avec des formes, ajoutant des "nervures de plaisir" ou des mini vibreurs, mais le jeu de l'évolution constante de l'innovation demande une liasse de billets que les producteurs de préservatifs n'ont tout simplement pas.»

Si l'emballage du préservatif évolue, rendant la chose plus attrayante voir luxueuse, le contenu, lui, reste le même. Le L.A. Weekly estime que financer la recherche contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) ne sera vraiment utile que si cela s'accompagne d'un geste pour améliorer la technologie du préservatif:

«Bien que nous ayons cherché un vaccin de prévention du VIH depuis 1984, nous n'avons encore rien trouvé. Imaginez dans quelle mesure ces mêmes centaines de millions pourraient aller vers le développement d'un préservatif mieux apprécié —un préservatif que les gens voudraient en fait porter.»

Au début, l'aspect «repoussant» du préservatif était vu comme une bonne chose puisqu'il aurait permit la réduction du nombre de rapports sexuels, faisant ainsi chuter les risques d'attraper une MST. On pourrait penser que cette logique date d'une autre époque, et pourtant l'abstinence est encore aujourd'hui présentée comme «la meilleure solution» pour lutter contre les transmissions de maladies, s'inquiète le L.A. Weekly.

Si la question du design du préservatif masculin est un problème de longue date, comme le soulignait The Daily Beast il y a déjà vingt ans, la question du design du préservatif féminin reste elle quasiment inabordée dans notre société. Le L.A. Weekly pense qu'au lieu de nous réjouir de ne pas avoir connu le préservatif en cuir, nous devrions pouvoir être en mesure de nous réjouir de ne plus connaître le préservatif actuel:

«Où est notre Steve Jobs des préservatifs? Où est notre visionnaire qui verrait un moyen de nous sortir de cette prison en caoutchouc?»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte