Monde

Les photos satellites de la répression syrienne

Temps de lecture : 2 min

Le département d’Etat américain veut montrer au monde entier l’ampleur de la répression syrienne. L’administration a publié, vendredi 10 février, huit images satellites montrant comment les forces du Président Bachar el-Assad ont positionné leur artillerie de façon à viser les principaux bastions de la résistance.

La publication de ces images est accompagnée d’une note rédigée par l’ambassadeur américain en Syrie Robert Ford:

«Certains essayent de mettre sur le même niveau la violence perpétrée par le régime et celle perpétrée par l’opposition. C’est injuste de faire cela quand un des deux camps utilise une telle artillerie lourde… Nous voulons exposer les tactiques brutales du régime aux yeux du monde.»

Un argument qui répond à celui du ministre des Affaires étrangères russe Sergei Lavrov, qui a récemment critiqué la résolution du Conseil de sécurité de l’Onu, qui ne condamnait pas la violence des groupes armés à l’intérieur du pays avec la même fermeté que celle du régime d’el-Assad.

La porte-parole du département d’Etat Victoria Nuland a expliqué au cours d’un point presse que les Etats-Unis allaient publier d’autres images satellites déclassifiées dans les prochains jours:

«Notre but est clairement d’exposer la cruauté… de ce régime et son énorme avantage militaire et les armes affreuses qu’il déploie contre son peuple.»

David Kenner

Traduit par Grégoire Fleurot

Newsletters

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Newsletters