Monde

Comment une fête a lancé la rumeur de la mort de Kim Jong-Un

Slate.fr, mis à jour le 11.02.2012 à 11 h 57

L'ambassade de Corée du Nord à Pékin. WEIBO

L'ambassade de Corée du Nord à Pékin. WEIBO

On ne compte plus le nombre de personnes dont le décès a été annoncé prématurément sur Internet (Bernard Montiel, Jean Dujardin, etc). Par jeu, par malhonnêteté, ou parce qu’une réaction apparemment anodine a été sur-interprétée et que par un effet boule de neige, une personne bel et bien vivante se retrouve dans les colonnes nécrologie des réseaux sociaux.

C’est ce qui semble être arrivé vendredi au nouveau dictateur nord-coréen, Kim Jong-Un, que Twitter et Weibo, le «Twitter chinois» ont donné pour mort, victime d’un coup d’Etat, ou en fuite…

Reuters donne ainsi la traduction d’un message posté par un internaute chinois qui a parcouru Weibo vendredi :

«Le principal leader de Corée du Nord Kim Jong-Un a vu à 2h45 heure de Pékin sa résidence prise d’assaut eet a été assassiné par des personnes non identifiées, qui ont été abattus à leur tour par des gardes du corps dans l’ambassade coréenne en à Pékin. Le nombre de véhicules à y entrer augmente très rapidement. Plus de 30. Comme dans une formation de combat, jamais vu depuis deux ans. SVP, vérifier l’info».

Comme à chaque fois dans le cas de rumeurs, celle-ci n’a commencé à réellement prendre de l’épaisseur qu’à partir du moment où les médias établis l’ont reprise et mis en ligne., même sous forme de «rumeurs à vérifier». The Atlantic raconte alors comment l’info a fait le tour des réseaux et que beaucoup de rédactions ont vraiment commencé à spéculer sur cette rumeur, jusqu’à ce que Gawker pousse le bouchon d’un titre un peu loin:

«Le Twitter chinois annonce que Kim Jong-Un a été assassiné ce matin à Pékin».

L’avantage des réseaux sociaux, c’est qu’ils sont souvent aussi rapides à faire redescendre un soufflet qu’à monter une mayonnaise. Ce fut donc le cas avec Kim Jong-un. Et notamment aussi grâce à Gawker qui a retrouvé ce et celui qui est à l’origine de cette poussée de fièvre — elle n’aurait sans doute pas atteint la même température si la Corée du nord avait été un Etat transparent, si les chefs d’Etat étaient transparents avec leur dossier médicaux et s’il n’y avait pas de doute sur la capacité du fils de Kim Jong-il à s’installer dans les pas de son père.

Gawker a ainsi traduit le message de Hucaihe, un investisseur dont les bureaux sont situés près de l’ambassade Corée, à 12h19 vendredi:

«A l’entrée de l’ambassade, le nombre de voiture augmente rapidement. Il y a plus de 30 véhicules. C’est la première fois que je vois ça. Que se passe-t-il en Corée du Nord ?»

Il n’en fallait pas plus — et cette incroyable photo (sic) pour mettre le feu aux poudres — il s'agissait sans doute d'une fête pour célébrer le décès du précédent dictateur nord-coréen— et que la mort de Kim Jong-un rejoigne la désormais très longue allée plantée des marronniers du web.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte