Partager cet article

L'iPad à l'école, à qui profite le progrès?

Steve Jobs / bangdoll via FlickrCC License by

Steve Jobs / bangdoll via FlickrCC License by

«L'éducation est ancrée dans notre ADN», a soutenu Phil Schiller, vice-président marketing d'Apple, lors d'une conférence, en janvier, au cours de laquelle la firme californienne présentait au monde sa vision de l'avenir de l'éducation. Pour eux, ça ne fait aucun doute, les iPad doivent devenir les nouveaux manuels scolaires.

A qui profiterait une telle révolution? En tout cas, pas aux élèves. C'est ce que soutient Michael Hiltzik sur le LA Times. Il explique en effet que remplacer les manuels par des ordinateurs portables et des tablettes numériques relève plus d'une logique commerciale que pédagogique, à la manière d'un Thomas Edison qui annonçait en 1913 que le cinéma remplacerait les livres...

Au mieux, une telle avancée ne ferait aucune différence. Au pire, elle détournerait les efforts et les fonds des causes réellement importantes. Car d'après Hiltzik, s'il est très intéressant de suggérer que les élèves devraient tous êtres équipés d'un ordinateur personnel et bénéficier d'un accès wifi, ne pourrait-on pas en premier lieu s'assurer que chaque école ait les moyens d'acheter de simples livres?

Thomas Reeves, un expert en technologies de l'éducation à l'université de Géorgie, explique:

«Les technologies de l'éducation racontent deux gros mensonges. Le premier, c'est que vous pouvez remplacer un enseignant. Le deuxième, que ça vous fera économiser de l'argent. Aucun des deux n'est fondé

Lorsqu'ils sont bien réalisés, certains ouvrages sur écran peuvent avoir des avantages, notamment en aidant les élèves à comprendre des concepts un peu compliqués. Mais la frontière entre distraction et amélioration est ténue. Et lorsque les éditeurs de bouquins utilisent la 3D pour cacher un manque de recherche, dénonce Hiltzik, il ne s'agit pas d'un progrès.

S'il doit y avoir un gagnant, c'est évidemment Apple. Benjamin Ferran, sur LeFigaro.fr explique:

«Pour accélérer ce déploiement, Apple a présenté trois logiciels. Un nouveau lecteur de livres électroniques, iBooks 2, optimisé pour l'affichage de manuels scolaires multimédias, comprenant du texte, des vidéos et des animations en 3D, mais aussi des exercices immédiatement corrigés

Ces livres seront créés via un logiciel gratuit, iBooks Author, et vendus ensuite sur le iBookstore. 30% du prix de vente de chaque manuel reviendra à Apple et ils seront, évidemment, lisibles seulement sur des outils de la marque. Et ils ne seront ni moins chers que ceux que nous connaissons aujourd'hui, ni plus résistants.

La technologie peut apporter beaucoup à l'éducation, résume Michael Hiltzik, mais en détournant les efforts des causes essentielles (maintenir de bonnes méthodes d'éducation et former de bons enseignants), elle ne pourra que contribuer à dégrader la situation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte