Culture

L'Espagne et l'art orphelins d'Antoni Tàpies

Temps de lecture : 2 min

Antoni Tàpies / Canalhub.fotos via Flickr CC License by
Antoni Tàpies / Canalhub.fotos via Flickr CC License by

Antoni Tàpies, peintre et sculpteur espagnol, est décédé lundi 6 février à Barcelone à l'âge de 88 ans, a annoncé sa fondation.

Né en 1923 dans la ville qui l'aura vu mourir, il était à la fois artiste autodidacte, intellectuel, théoricien de l'art et grand collectionneur de tableaux et de livres. Tàpies aimait utiliser des matériaux recyclés comme la ficelle, le fil de fer, la paille ou la terre, pour confectionner la plupart de ses quelque 8.000 créations précise l'Express. Son oeuvre, pour laquelle il avait reçu de nombreuses récompenses, est considérée comme l'une des plus importante du XXe siècle selon El País.

«L'art de Tàpies est un art dans lequel se donnent la main de manière spéciale l'Occident et l'Orient, le particulier et l'universel, la science et le mysticisme, le vulgaire et le sublime. Artiste polymorphe et très complet, renaissantiste dans le plus grand sens du mot, il laisse le sillon d'un astre fumant, une cicatrice, une fissure sur la surface ébranlée de l'art contemporain.»

«Peu d'artistes de sa stature, dans l'histoire de l'art, avaient pu entrevoir la grande poésie intime d'une chaussette

De nombreuses personnalités espagnoles et internationales saluent sa mémoire.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

(Photos extraites du site de la Fondation Antoni Tàpies)

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio