Culture

L'Espagne et l'art orphelins d'Antoni Tàpies

Temps de lecture : 2 min

Antoni Tàpies / Canalhub.fotos via Flickr CC License by
Antoni Tàpies / Canalhub.fotos via Flickr CC License by

Antoni Tàpies, peintre et sculpteur espagnol, est décédé lundi 6 février à Barcelone à l'âge de 88 ans, a annoncé sa fondation.

Né en 1923 dans la ville qui l'aura vu mourir, il était à la fois artiste autodidacte, intellectuel, théoricien de l'art et grand collectionneur de tableaux et de livres. Tàpies aimait utiliser des matériaux recyclés comme la ficelle, le fil de fer, la paille ou la terre, pour confectionner la plupart de ses quelque 8.000 créations précise l'Express. Son oeuvre, pour laquelle il avait reçu de nombreuses récompenses, est considérée comme l'une des plus importante du XXe siècle selon El País.

«L'art de Tàpies est un art dans lequel se donnent la main de manière spéciale l'Occident et l'Orient, le particulier et l'universel, la science et le mysticisme, le vulgaire et le sublime. Artiste polymorphe et très complet, renaissantiste dans le plus grand sens du mot, il laisse le sillon d'un astre fumant, une cicatrice, une fissure sur la surface ébranlée de l'art contemporain.»

«Peu d'artistes de sa stature, dans l'histoire de l'art, avaient pu entrevoir la grande poésie intime d'une chaussette

De nombreuses personnalités espagnoles et internationales saluent sa mémoire.

(Photos extraites du site de la Fondation Antoni Tàpies)

Newsletters

Les séries télé ont une méchante influence sur notre consommation d'alcool

Les séries télé ont une méchante influence sur notre consommation d'alcool

Ces programmes sont imprégnés de références à l'alcool. Et cela perturbe notre rapport à la boisson.

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 13

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 13

Inégalités raciales, style vestimentaire et vie de free-lance, découvrez la sélection hebdomadaire des membres de notre groupe Facebook.

Écriture inclusive: le retour du «péril mortel»?

Écriture inclusive: le retour du «péril mortel»?

[TRIBUNE] Les signataires de la tribune de Marianne grondent contre l'impertinence de celles et ceux qui osent se réapproprier leur langue, au lieu de participer à un mouvement qui ne s'arrêtera plus.

Newsletters