Monde

Conseiller en relations publiques pour dictateur

Temps de lecture : 2 min

Caricatures politiques arabes / Khalid Albaih via Wikimedia commons
Caricatures politiques arabes / Khalid Albaih via Wikimedia commons  

Face aux critiques des médias locaux et internationaux, et alors que les émeutes et ses victimes se multiplient, certains dictateurs arabes font appel à des agences de relations publiques occidentales pour contrer l’image déplorable de leur régime. A Bahreïn, au Yémen et en Syrie, ce sont Qorvis Communication basée à Washington ou encore Bel Pottinger à Londres qui sont intervenues.

Al Jazeera a consacré un reportage aux méthodes de ces agences. Il dénonce certains journalistes américains qui ont accepté les invitations de ces agences, sont allés par exemple interviewer Mouammar Kadhafi tous frais payés, sans même mentionner ce fait dans leurs articles.

Autre cas d’école, au Rwanda. Un pays synonyme de génocide dans l’esprit de la communauté internationale. Le gouvernement rwandais a signé un contrat avec le groupe Racepoint pour que celui-ci «conçoive et implante une campagne promotionnelle» afin de promouvoir une autre image du Rwanda. Racepoint a lancé deux communautés internet, Rwanda Fact Check et Friends of Rwanda. Résultat positif: les discussions au sujet du génocide ont chuté de 11%.

Newsletters

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Pourquoi les malheurs du prince Andrew fascinent l'Amérique

Pourquoi les malheurs du prince Andrew fascinent l'Amérique

Trempé dans les affaires de Jeffrey Epstein, le prince Andrew a démissionné de ses fonctions royales. Hypocrisie ou déontologie, au moins la Couronne marque-t-elle le coup.

Newsletters