Économie

Pour Georges Soros, nous vivons ce qu’a connu l’Union soviétique

Temps de lecture : 2 min

GeorgeSoros, Chairman, Soros Fund Management, janvier 2010 /  World Economic Forum via Wikimedia commons.  
GeorgeSoros, Chairman, Soros Fund Management, janvier 2010 /  World Economic Forum via Wikimedia commons.  

Des temps difficiles, il en a traversés, Georges Soros. Mais la période que nous vivons est l’une des plus «difficile» et «sérieuse» qu’il a connue, «comparable», dit-il, à «l’effondrement du système soviétique».

The Daily Beast est allé interviewer, dans son bureau new-yorkais, celui que ses ennemis définissent comme un «spéculateur sur les monnaies (…) inutile, improductif et immoral», tandis que d’autres plus bienveillants saluent son engagement en faveur de la démocratie.

Il ressort de ce long portrait économico-politique de Georges Soros que ce dernier n’a plus beaucoup de certitudes. Si ce n’est qu’«il faut que l’euro survive» au risque sinon «de revivre les conflits qui ont déchiré l’Europe durant des siècles: une forme extrême de nationalisme (…). Du temps d’Hitler, c’était les juifs qui étaient visés. Aujourd’hui, ce sont les gitans, les Roumains (…) et bien sûr les musulmans immigrés».

Déçu par Obama, et «conscient des limites» des démocrates, Georges Soros a tout de même une petite lueur d’espoir pour 2012, du côté des pays émergents: «Des dictateurs ont été renversés. C’est très encourageant pour la liberté et la croissance.»

Slate.fr

Newsletters

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Deuxième ressource naturelle la plus utilisée après l'eau, le sable est indispensable à notre développement. Mais aujourd'hui, le matériau s'épuise et devient un facteur de déstabilisation.

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une aubaine mais une calamité

Ils s'imposent depuis des années parce qu'on tente de s'en servir pour remédier aux dysfonctionnements de l'économie.

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

Pourquoi le «travailler plus pour gagner plus» ne fonctionne pas

On ne peut plus utiliser les mêmes leviers pour la retraite et le pouvoir d'achat qu'il y a cinquante ans car le profil des Français·es a évolué.

Newsletters