Économie

Pour Georges Soros, nous vivons ce qu’a connu l’Union soviétique

Temps de lecture : 2 min

GeorgeSoros, Chairman, Soros Fund Management, janvier 2010 /  World Economic Forum via Wikimedia commons.  
GeorgeSoros, Chairman, Soros Fund Management, janvier 2010 /  World Economic Forum via Wikimedia commons.  

Des temps difficiles, il en a traversés, Georges Soros. Mais la période que nous vivons est l’une des plus «difficile» et «sérieuse» qu’il a connue, «comparable», dit-il, à «l’effondrement du système soviétique».

The Daily Beast est allé interviewer, dans son bureau new-yorkais, celui que ses ennemis définissent comme un «spéculateur sur les monnaies (…) inutile, improductif et immoral», tandis que d’autres plus bienveillants saluent son engagement en faveur de la démocratie.

Il ressort de ce long portrait économico-politique de Georges Soros que ce dernier n’a plus beaucoup de certitudes. Si ce n’est qu’«il faut que l’euro survive» au risque sinon «de revivre les conflits qui ont déchiré l’Europe durant des siècles: une forme extrême de nationalisme (…). Du temps d’Hitler, c’était les juifs qui étaient visés. Aujourd’hui, ce sont les gitans, les Roumains (…) et bien sûr les musulmans immigrés».

Déçu par Obama, et «conscient des limites» des démocrates, Georges Soros a tout de même une petite lueur d’espoir pour 2012, du côté des pays émergents: «Des dictateurs ont été renversés. C’est très encourageant pour la liberté et la croissance.»

Newsletters

Prendre l'avion risque de vous coûter plus cher

Prendre l'avion risque de vous coûter plus cher

Les compagnies aériennes, heurtées de plein fouet par la crise liée au Covid-19, pourraient augmenter les prix des billets pour pallier les pertes.

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

Un·e jeune âgé·e de 18 à 29 ans sur six a perdu son emploi depuis le début de l'épidémie.

Début de la fin

Début de la fin

Newsletters