Économie

Pour Georges Soros, nous vivons ce qu’a connu l’Union soviétique

Temps de lecture : 2 min

GeorgeSoros, Chairman, Soros Fund Management, janvier 2010 /  World Economic Forum via Wikimedia commons.  
GeorgeSoros, Chairman, Soros Fund Management, janvier 2010 /  World Economic Forum via Wikimedia commons.  

Des temps difficiles, il en a traversés, Georges Soros. Mais la période que nous vivons est l’une des plus «difficile» et «sérieuse» qu’il a connue, «comparable», dit-il, à «l’effondrement du système soviétique».

The Daily Beast est allé interviewer, dans son bureau new-yorkais, celui que ses ennemis définissent comme un «spéculateur sur les monnaies (…) inutile, improductif et immoral», tandis que d’autres plus bienveillants saluent son engagement en faveur de la démocratie.

Il ressort de ce long portrait économico-politique de Georges Soros que ce dernier n’a plus beaucoup de certitudes. Si ce n’est qu’«il faut que l’euro survive» au risque sinon «de revivre les conflits qui ont déchiré l’Europe durant des siècles: une forme extrême de nationalisme (…). Du temps d’Hitler, c’était les juifs qui étaient visés. Aujourd’hui, ce sont les gitans, les Roumains (…) et bien sûr les musulmans immigrés».

Déçu par Obama, et «conscient des limites» des démocrates, Georges Soros a tout de même une petite lueur d’espoir pour 2012, du côté des pays émergents: «Des dictateurs ont été renversés. C’est très encourageant pour la liberté et la croissance.»

Slate.fr

Newsletters

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Conscients des désagréments causés par la présence d’enfants au sein de leur établissement, de plus en plus de restaurateurs envisageraient d’interdire l’entrée aux marmots.

La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

Loin des conséquences écologiques est en train de se jouer une redistribution générale des cartes dans laquelle Pékin entend bien jouer un rôle de premier plan.

Rapport OXFAM: si les entreprises du CAC 40 versent autant de dividendes à leurs actionnaires, c'est normal

Rapport OXFAM: si les entreprises du CAC 40 versent autant de dividendes à leurs actionnaires, c'est normal

La lutte contre les inégalités est de celles qui doivent être menées sans relâche et avec détermination. Mais il est très facile sur ce sujet de tomber dans la dénonciation des riches.

Newsletters