Monde

L'antisémitisme hante encore l'Allemagne

Temps de lecture : 2 min

Un juif ultra-orthodoxe marche devant des écolières à Jerusalem, le 8 novembre 2011. REUTERS/ Baz Ratner.
Un juif ultra-orthodoxe marche devant des écolières à Jerusalem, le 8 novembre 2011. REUTERS/ Baz Ratner.

La publication, en Allemagne, des extraits de Mein Kampf accompagné de commentaires d’un chercheur, agite le spectre de vieux démons que l’on croyait conjurés. Tiré à environ 100.000 exemplaires, cette publication par l’éditeur britannique Peter McGee relance le débat larvé de l’antisémitisme en Allemagne, relève l'Humanité. Selon une étude rapportée par la BBC, 1 Allemand sur 5 éprouverait une antipathie latente à l’égard des juifs tandis que la croissance démographique des juifs outre-Rhin est la plus importante d’Europe.

Ainsi, près de 20% d’Allemands auraient de légères tendances antisémites. «Mais cela signifie que 80% n’en ont pas», tente de se rassurer Rafael Seligmann, fondateur du journal berlinois Jewish Voice from Germany. Et cette propension à l’antisémitisme serait encore plus forte en Pologne ou en Hongrie. Au contraire, en France en en Italie, les attitudes antisémites seraient moins répandues que la moyenne européenne selon la BBC.

Les attitudes allemandes à l’égard des «étrangers» sont très différentes de celles de certains autres pays. Jusqu'à récemment, la définition de la nationalité allemande était rattaché à la «ligne de sang » –vous êtes Allemand, si vos parents étaient Allemands. Au contraire, dans les pays d'immigration comme la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, la définition de l'identité nationale n'est pas aussi liée à l'appartenance ethnique.

Par ailleurs, une étude révèle que pour 20% Allemands de 18-29 ans Auschwitz n'évoque rien, rapporte Euronews. Cette ignorance est d’autant plus surprenante que le 27 janvier marque la Journée internationale de la commémoration de l’Holocauste. Peter Longerich, professeur d’histoire, et rapporteur de l'étude résume que «l’antisémitisme dans notre société est basé sur des préjugés répandus, sur des clichés aux racines profondes et sur une vraie ignorance à propos de tout ce qui concerne les juifs et le judaïsme».

Pour justifier la publication d’extraits du carnet de Hitler, Peter McGee affirme que «tout le monde connaît le manifeste nazi rédigé
 en prison par Hitler entre 1924 et 1925 et y voit 
une sorte de bible diabolique nationale-socialiste. 
Mais personne ne l’a lu et n’a pu constater 
qu’il s’agit d’un ouvrage de piètre qualité».

Si publier Mein Kampf n'est pas illégal, le gouvernement de Bavière qui détient les droits d'auteur peut manifester son opposition. Aussi, Mein Kampf est en principe interdit en Allemagne depuis 1945, même accompagné d’avertissements. Il tombera fin 2015 dans le domaine public.

Newsletters

La semaine imaginaire de Donald Trump

La semaine imaginaire de Donald Trump

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Une fac chrétienne de Virginie refuse de fermer malgré la pandémie

Une fac chrétienne de Virginie refuse de fermer malgré la pandémie

Le président de la Liberty University est un pasteur conservateur pro-Trump qui a minimisé la dangerosité du coronavirus.

Pourquoi l'Allemagne rechigne à se confiner

Pourquoi l'Allemagne rechigne à se confiner

Alors que plusieurs pays européens se sont mis sous cloche ces dernières semaines pour ralentir la propagation du Covid-19, l'Allemagne se refuse encore à appliquer une telle mesure.

Newsletters