Économie

Le controversé Lawrence Summers en lice pour la Banque mondiale?

Temps de lecture : 2 min

IFC/World Bank. Acameronhuff via Flickr CC License by.
IFC/World Bank. Acameronhuff via Flickr CC License by.

Barack Obama songerait à proposer la nomination de l'économiste Lawrence Summers à la tête de la banque mondiale, d'après l'agence Bloomberg.

Ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton et chef du Conseil économique national sous Obama, Lawrence Summers est une personnalité controversée parmi les démocrates pour ses décisions en faveur de la dérégulation du système financier.

Ses prises de position ont souvent fait polémique: à l'Académie Nationale des Sciences, il s'était prononcé en faveur du déversement des déchets toxiques des pays riches vers les pays les moins peuplés d'Afrique, où l'air est «sous-pollué».

Et en 2006, il avait finalement quitté la présidence de Harvard après une conférence au cours de laquelle il avait suggéré que la sous-représentation des femmes dans la science ou l'ingénierie était peut-être due au fait qu'elles étaient intrinsèquement moins douées pour ces secteurs que les hommes.

Hillary Clinton serait également sur la liste des candidats. C'est le conseil exécutif de la Banque Mondiale qui prendra la décision en dernier lieu.

Newsletters

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Les mesures annoncées le 3 septembre sont plus inspirées par des considérations politiques que par une logique économique rigoureuse.

Newsletters