Économie

General Motors redevient le leader (fragile) du marché automobile mondial

Temps de lecture : 2 min

Argentina's "T" car, the K 180. Hugo90 via Flickr CC License by.

Kodak s’en va, General Motors revient. Les géants de l’industrie américaine ne sont pas avares de surprises ces derniers temps, mais la dernière en date apparaît plutôt comme une bonne nouvelle pour les Etats-Unis: le constructeur automobile a rendu public, jeudi 19 janvier, ses résultats pour 2011, qui font à nouveau de lui le premier constructeur mondial en volume de ventes.

Avec plus de 9 millions de véhicules vendus en 2011, GM ravit la première place du podium à Toyota. La compagnie japonaise a souffert des conséquences de Fukushima et n’en a vendu «que» 7,9 millions. Une contre-performance qui permet à l’allemand Volkswagen de se hisser à la deuxième position, avec 8,1 millions de véhicules vendus.

Un petit miracle pour GM, qui avait dû se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites en 2009. Endetté, avec des ventes en baisse de 45%, il perdit alors sa position de leader du marché de l’automobile qu’il détenait depuis 1931. «Un géant tombe», titrait alors le magazine The Economist.

Un peu plus de deux ans plus tard, GM reprend donc sa place, et semble en meilleur forme, au moins en apparence. Car cette victoire très symbolique pourrait bien n’être qu’éphémère. Elle est surtout due aux ennuis rencontrés par ses concurrents, dont la croissance est beaucoup plus rapide. Dès 2012, le groupe de Detroit risque donc de perdre à nouveau son titre prestigieux.

Et pour certains, GM n’est même pas premier constructeur de 2011: Volkswagen s’est autoproclamé leader du marché en comptant les scores de ses filiales. Un débat s’est aussitôt installé sur la manière de comptabiliser les ventes en incluant ou non alliés et filiales. Suivant cette méthode, le franco-japonais Renault-Nissan passerait ainsi à la troisième place devant Toyota, avance le Wall Street Journal.

Un débat qu’a aussitôt éludé General Motors par la voix de Jim Cain, le porte-parole du groupe:

«Notre but est d’être le meilleur, pas le plus gros. Si nous avions annoncé un plan pour dominer le marché mondial, nous aurions probablement nous aussi chipoté sur les ventes de nos concurrents, mais nous préférons nous concentrer sur nos clients.»

Newsletters

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio