Monde

Des scanners dans les rues pour détecter les armes à feu à New York

Slate.fr, mis à jour le 21.01.2012 à 15 h 23

Courtesy: NYPD via CBS

Courtesy: NYPD via CBS

La ville de New York serait-elle en train de se diriger versune société ressemblant à celle décrite dans le roman d'anticipation dystopique de George Orwell 1984, où les faits et gestes des citoyens sont scrutés par Big Brother, avatar des télécommunications toutes-puissantes?

Dans la lutte menée contre les armes à feu illégales aux Etats-Unis, tous les moyens semblent bons pour repérer les éventuels détenteurs. Le chef de la police de New York, Ray Kelly, a annoncé sur CBS que son département planchait sur un système de scanner -Terahertz Imaging Detection scanners- qui détecterait quiconque dissimule une arme à feu dans la rue. Cette technologie permettrait de repérer des armes jusqu'à une distance de 16 mètres.

Il a en outre déclaré que les scanners seront utilisés dans des «circonstances suspectes raisonnables» et destinés à réduire le nombre de stop-and-frisk (arrêt et fouille) dans la rue. D’autant plus que ce type de procédure policière est interdit par le 4e amendement de la Constitution américaine.

Mais des défenseurs des libertés civiles s'opposent à cette utilisation accrue de la technologie dans la rue, qu’ils considèrent comme une atteinte à la vie privée. «C'est inquiétant. Cela implique (…) le droit de marcher dans la rue sans être soumis à une palpation virtuelle  par la police quand vous ne faites rien de mal», s’insurge Donna Lieberman de l'Union Américaine pour les libertés civiles de New York.

Selon Infowars, qui s’appuie sur une étude de l’Institut de technologie du massachusetts (MIT), la technologie proposée comporterait un risque pour la santé, et plus précisément  sur l'ADN.

Différents témoignages de New-Yorkais rapportés par CBS montrent qu’ils ne sont pas vraiment préoccupés par la question de la confidentialité inhérente à cette technologie, et certains pensent même qu'il s'agit d'un compromis raisonnable pour mettre fin à la criminalité armée et au terrorisme.

«Je pense que c'est bien. Les gens seront plus sûrs et ce sera un environnement plus sûr»,déclare Jessica Ramos. «Je pense que c'est de plus en plus une question d'intrusion dans la vie des gens», avertit quant à lui Antonio Gabriel.

Cependant, comme le souligne Infowars, CBS ne mentionne pas la capacité du Térahertz à détruire l'ADN. «Et s'il le faisait, la plupart des gens interviewés s'opposerait à cette nouvelle technologie».

Par ailleurs, le ministère de la Défense étudie également la technologie Terahertz pour détecter des kamikazes portant des explosifs.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte