Life

MegaUpload fermé: les plaques d'immatriculation fantaisistes de ses responsables

Slate.fr, mis à jour le 20.01.2012 à 12 h 32

La fermeture du site de téléchargement direct MegaUpload et l'arrestation de sept de ses dirigeants par le FBI ont révélé des détails sur les possessions de ces –très riches– responsables.

L'opération autour de ce que les autorités américaines appellent «une des plus grosses affaires criminelles de coypright jamais vue aux Etats-Unis» a pris un an à être montée et a nécessité 76 policiers néo-zélandais et 4 agents du FBI. Elle donne au passage de nombreuses informations sur l'entreprise, grâce à l'acte d'accusation long de 72 pages rédigé par la justice américaine, explique Numérama.

On y apprend que les hommes sont accusés entre autres de violation de copyright et de conspiration pour blanchir de l'argent, mais aussi ce qu'ils faisaient des millions gagnés grâce à leurs sites.

A eux sept, les responsables avaient 19 voitures, aux plaques d'immatriculation parfois éloquentes, rapporte Gizmodo: «GUILTY» (coupable) ou «STONED» (défoncé) par exemple, avec un triplé «HACKER»-«GOD»-«MAFIA» pour le fondateur du site Kim «dotcom» Schmitz, souligne Jalopnik, qui note également la présence de deux Mercedes CLK DTM, un modèle rare qui n'existe qu'à 180 exemplaires.

Outre ces détails amusants, l'acte d'accusation est passionnant: comme le détaille Numérama, il révèle notamment que MegaUpload rémunérait des internautes qui envoyaient des fichiers sur la plateforme, en sachant parfaitement qu'ils étaient illégaux.

Il précise aussi que MegaUpload ne supprimait pas de façon correcte les fichiers piratés (l'entreprise ne supprimait que le lien envoyé par l'ayant droit, laissant le fichier même retrouvable sous d'autres liens), alors qu'elle n'avait aucun mal à le faire pour les fichiers pédopornographiques ou les vidéos de propagande terroriste.

Nicolas Sarkozy a salué la fermeture du site de téléchargement MegaUpload par la justice américaine jeudi 19 janvier.

La présidence, qui n'avait pas fait de commentaire sur la perte du triple A français, a publié un communiqué dans la nuit de jeudi à vendredi, rapporte Le Monde: 

«La mise à disposition illégale, par ce service, d'oeuvres protégées par le droit d'auteur, permettait à ses promoteurs de réaliser des profits criminels sous la forme de recettes publicitaires ou d'abonnements de ses usagers. La lutte contre les sites de téléchargement direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur modèle commercial sur le piratage des oeuvres, constitue une impérieuse nécessité pour la préservation de la diversité culturelle et le renouvellement de la création.»

Nicolas Sarkozy finit son communiqué en demandant au gouvernement et à la Hadopi d'étudier la possibilité de compléter la loi française par de nouvelles dispositions sur le sujet. Au PS, Aurélie Filippetti a estimé que la fermeture de Megaupload était «normale».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte