France

Nicolas Sarkozy confirme la mort des quatre soldats français en Afghanistan

Temps de lecture : 2 min

Soldat français lors de la visite de Nicolas Sarkozy à Kaboul en juillet 2011. REUTERS/Philippe Wojazer -
Soldat français lors de la visite de Nicolas Sarkozy à Kaboul en juillet 2011. REUTERS/Philippe Wojazer -

Nicolas Sarkozy a confirmé, vendredi 20 janvier, la mort de quatre soldats français, tués par un militaire afghan. Selon l'AFP (repris par Libération) le Président de la république a «annoncé la suspension de toutes les opérations de formation et d'aide au combat de l'armée dans ce pays, en posant la question d'un retour anticipé des troupes françaises».

L'attaque aurait eu lieu dans la province de Kapisa, au nord de Kaboul, à 8 heures (françaises) du matin, vendredi 20 janvier. Il semble que ce soit un membre de l'armée afghane qui ait ouvert le feu sur les militaires français.

Ce mode d'opération, de plus en plus utilisé par les opposants aux opérations de l'Otan, avait déjà coûté la vie à deux soldats français le 29 décembre dernier. Il fait «craindre une infiltration croissante des forces afghanes par les rebelles, alors que ces forces afghanes sont censées prendre le relais de celles de l'Otan et sécuriser elles-mêmes le pays à la fin 2014».

Cela porte à 82 le nombre de soldats français tués en Afghanistan depuis 2001, date du début du conflit, dont 26 en 2011. Début janvier 2012, on comptait 3.600 militaires français sur le terrain.

Après un retrait graduel annoncé par le chef de l'Etat en 2011, ils ne devraient plus être que 3.000 à la fin de l'année.

«C'est un incident tragique, un triste et tragique jour pour nous et pour l'Otan», a déclaré un officiel à la BBC. La veille, six soldats américains ont été tués dans le crash de leur hélicoptère.

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters