Économie

La «prime contre dividendes» a atteint 420 euros en moyenne

Temps de lecture : 2 min

Monnaie européenne. Acdx via Wikimedia Commons
Monnaie européenne. Acdx via Wikimedia Commons

420 euros: c’est le montant moyen de la «prime contre dividendes» versée en 2011 aux salariés dans les entreprises qui y étaient assujetties, selon le blog du Figaro Les dessous du social, qui s’appuie sur les tous derniers pointages non officiels du ministère du Travail. La somme est inférieure à ce qu’avait estimé le gouvernement, qui tablait sur un versement moyen de 700 euros.

Ce partage des profits est le résultat d'une loi adoptée par le Parlement le 13 juillet 2011, qui crée une nouvelle prime dans les entreprises de plus de 50 salariés dont la moyenne des dividendes versés aux actionnaires a augmenté sur les deux dernières années.

Le montant de cette prime —qualifiée à tort par François Baroin de «prime 1.000 euros»– a créé la polémique, car, en cas de désaccord entre le chef d'entreprise et les représentants du personnel, l'employeur peut décider seul du montant.

Le montant des versements est extrêmement variable en fonction des entreprises. Si elle peut atteindre 1.200 euros chez Hermès, elle s’élevait à 100 euros chez Axa et à seulement 8 euros chez Securitas.

Newsletters

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Les mesures annoncées le 3 septembre sont plus inspirées par des considérations politiques que par une logique économique rigoureuse.

Fermetures d'usines: le début de la tempête sur l'emploi en France?

Fermetures d'usines: le début de la tempête sur l'emploi en France?

Le fabricant de pneumatiques Bridgestone a annoncé brutalement la fermeture de son usine dans le Pas-de-Calais.

Avec le déconfinement, la société de consommation reprend ses droits

Avec le déconfinement, la société de consommation reprend ses droits

La prise de conscience que beaucoup ont expérimentée pendant la quarantaine risque de n'avoir été qu'une parenthèse dans une société régie par le productivisme et la politique de l'offre.

Newsletters