Monde

Portraits de soldats britanniques avant, pendant et après l'Afghanistan

Temps de lecture : 2 min

Soldiers cross. nukeit1 via Flickr CC Licence by
Soldiers cross. nukeit1 via Flickr CC Licence by

«Le jour où personne ne reviendra d’une guerre, c’est qu’elle aura été bien faite», écrivait cyniquement Boris Vian. Aujourd’hui, les soldats reviennent toujours de la guerre, mais non sans qu’elle les ait profondément marqués.

C’est ce qui ressort du travail de Lalage Snow, rapporté par le Telegraph. Ce photographe britannique a interviewé et pris en photo des soldats du Royal Regiment of Scotland avant, pendant et après leur service en Afghanistan. Au total, treize portraits à découvrir. Un témoignage en mots et en images sur la dureté de ce conflit.

Souvent sûrs de leur choix et de leur force au départ, les combattants se transforment rapidement après quelques mois de combats. Une fois sur place la confiance initiale se fissure. Ainsi le soldat Chris MacGregor, 24 ans, livre ses doutes :

«Ça fait toujours mal lorsque j’entends qu’un soldat a été tué. […] Vous pensez à leur familles, vous vous demandez pour quoi ils sont morts et le sens de ce que nous faisons ici. Je ne suis plus sûr de savoir.»

MacGregor est finalement rentré à la suite d’une grosse blessure au genou. Le retour à la vie civile est souvent difficile. «Les premiers jours, je n’arrivais pas à dormir», explique Yo Javala, 28 ans. «Je rêvais à ce qui s’était passé là-bas. Il y a des nuits où je me suis réveillé en hurlant de peur.»

Slate.fr

Newsletters

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Le Kilauea, à Hawaï, est en éruption depuis plusieurs semaines. Heureusement, il n'a fait aucune victime.

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Newsletters