France

Mort de Gilles Jacquier en Syrie: la France ouvre une enquête pour homicide volontaire

Slate.fr, mis à jour le 13.01.2012 à 19 h 49

Gilles Jacquier #syria/ 3aref6ari2o via flickr CC License by

Gilles Jacquier #syria/ 3aref6ari2o via flickr CC License by

«Nous portons plainte, car nous disposons d'assez d'éléments pour poser certaines questions aux autorités syriennes», a confié au Point Thierry Thuillier, le directeur de l'information de France Télévisions, après la mort du journaliste Gilles Jacquier, probablement tué par un obus de mortier le 11 janvier à Homs.

«Le régime syrien, qui a imputé le décès à une "attaque" menée par un "groupe terroriste", a annoncé la création d'une commission d’enquête», rappelle le site de l'hebdomadaire. Mais vendredi 13 janvier, Reporters sans frontières se disait «circonspecte quant à la volonté des autorités syriennes, suspectées de manipulation, de faire toute la lumière sur ce drame».

«Le Parquet de Paris, de son côté, a ouvert une enquête pour homicide volontaire, alors que la présidence française expriment des soupçons de collusion des autorités de Damas dans cet incident tragique.»

«Le journaliste Gilles Jacquier a-t-il été assassiné?», interroge, en titre, Le Point. Le président de la société des journalistes de France 2, Loïc de la Mornais, émet deux hypothèses dont celle «d'un coup monté par les services syriens, qui ont fait venir des journalistes pour organiser un attentat visant à faire peur. Le régime syrien en est largement capable».

Le corps du journaliste a été rapatrié vendredi 13 janvier matin en France.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte