France

La France perd son triple A

Temps de lecture : 2 min

REUTERS/Vladimir Konstantinov
REUTERS/Vladimir Konstantinov

Ça y est. Après plusieurs semaines de spéculations, et alors qu’il ne s’agissait que d’une question de temps selon tous observateurs, l’AFP rapporte vendredi 13 janvier que la note souveraine de la France a été dégradée par l’agence de notation Standard & Poor’s, une des trois entreprises qui dominent le marché de la notation financière, passant donc de AAA (la meilleure note) à AA+. L’agence de presse cite une source gouvernementale, tandis qu’une source européenne a confirmé cette information à Reuters, rapporte Le Monde.

[Lire l'analyse d'Eric Le Boucher sur la perte du triple A français]

Reuters justement rapporte qu’une «source haut placée» lui avait déclaré que des «abaissements de note souveraine de plusieurs pays de la zone euro seraient annoncés dans la journée». Le Monde raconte que la «rumeur bruissait depuis le milieu d'après-midi», provoquant une chute des cours à la Bourse de Paris et ailleurs en Europe, et une baisse de l'euro face au dollar.

Le site du journal économique Les Echos écrit:

«Les notes de S&P auraient été envoyées aux gouvernements des différents pays concernés, ont confirmé plusieurs sources européennes. L'annonce officielle pourrait tomber après la clôture de Wall Street, selon certains, c'est-à-dire à 22h, heure française.»

Selon le Financial Times, la note de l'Autriche serait également dégradée, ce qui signifierait que l'Allemagne deviendrait le seul pays européen majeur à garder son triple A. Selon Les Echos, la Finlande pourrait également perdre la meilleure note, tandis que les Pays-Bas et le Luxembourg seraient épargnés.

Newsletters

Retrait des voyageurs

Retrait des voyageurs

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Newsletters