Des soldats américains urinent sur des cadavres d'Afghans

Marine engineers. isafmedia via Flickr CC Licence by

«Abu Ghraib 2e partie» titre la chaîne d’information RT (Russia Today), alors qu’un nouveau scandale se profile dans l’armée américaine. A l’origine de l’affaire, une vidéo amateur mise en ligne anonymement le mercredi 11 janvier et vraisemblablement prise par un soldat américain, comme le rapportait le jour même le site Gawker. Elle montre quatre marines en train d’uriner tout en plaisantant sur les corps de personnes mortes, peut-être des talibans tués en Afghanistan. On entend même un des soldats s’adresser à un des cadavres en lui lançant «passe une bonne journée mon pote».

Des accusations de crimes de guerre (au sens de la convention de Genève), qui mettent les dirigeants de l’armée dans un grand embarras. Le commandement du corps des marines a d’ailleurs immédiatement annoncé l’ouverture d’une enquête:

«Même si nous n’avons pas encore identifié la vidéo, les actions qu’elle montre ne correspondent pas à nos valeurs. Toute la vérité sera faite sur cette affaire.»

Le porte-parole du Pentagone John Kirby a également dénoncé ces actes, en déclarant:

«Quelles que soient les circonstances ou quelles que soient les personnes dans cette vidéo, c'est un comportement dégoûtant, monstrueux et inacceptable pour toute personne en uniforme.»

Outre les tortures de la prison d’Abu Ghraib en 2004 ou l’utilisation du «waterboarding» (simulacres de noyade lors des interrogatoires) à Guantanamo, ce n’est pas la première fois que l’armée américaine se trouve confrontée à ce genre d’événements. L’année dernière, onze militaires emmenés par Calvin Gibbs avaient été condamnés pour avoir découpé et collecté des parties de corps sur des talibans, pour les conserver comme trophées. Cette «équipe de tueuse » avait notamment coupé les doigts de dépouilles afghanes, et semblait échapper au contrôle de la hiérarchie miliataire.

Environ 130.000 troupes sont déployées par l’Otan et les Etats-Unis en Afghanistan, dont 20.000 marines. Ce corps de l’armée américaine est déjà sous surveillance. Le 9 janvier a en effet débuté le procès en cour martiale du sergent Frank Wuterich, qui avait réagi «de façon disproportionnée» à la mort d’un de ses soldats, entraînant le massacre de 24 civils irakiens dans la ville d’Haditha en 2005.

Les sévices ont par ailleurs été causés alors qu'un processus de dialogue vient s'ouvrir au Qatar entre les Occidentaux et les talibans. Ces derniers ont dénoncé «un acte barbare». Mais les leaders du djihad en Afghanistan ont fait savoir par un communiqué que l’affaire «n’aura pas d’incidence sur les négociations en cours».