Sports

Le mythe de «l'entraîneur qui a écarté Jordan» est une légende

Temps de lecture : 2 min

Michael Jordan en 1997. Steve Lipofsky, via Wikimedia Commons.
Michael Jordan en 1997. Steve Lipofsky, via Wikimedia Commons.

En novembre 1978, Clifton Herring avait 26 ans et était entraîneur de basket au lycée de Laney High à Wilmington (Caroline du Nord) quand il a dû sélectionner l’équipe principale et la réserve. Dans la première, il a retenu, chose rare, un deuxième année, Leroy Smith, mais pas un de ses amis dont le shoot était «tout juste bon» et la défense «médiocre», et qui allait pourtant donner plus tard son nom au gymnase du lycée après avoir remporté six bagues de champion NBA et inscrit plus de 30 points de moyenne par match: Michael Jordan.

Dans un très long reportage, Sports Illustrated démonte le «Grand Mythe de la Mise à l’Ecart» du plus grand champion de l’histoire du basket. Le magazine a retrouvé Clifton Herring, «qui a 59 ans, mais en fait 70», souffre de troubles psychologiques, vit éloigné de sa famille et est incapable de gérer son propre argent. Pour la première fois, il donne sa version de l’histoire:

«On m’a critiqué pour avoir écarté Michael Jordan. […] Hein? Il a été placé dans l’équipe réserve. Il n’a pas été écarté du jeu qui l’a fait.»

«Herring et ses assistants savaient que Jordan cirerait le banc en équipe première, donc ils l’ont mis en réserve, et cela a parfaitement marché. Quand il est arrivé en équipe première, il était prêt à diriger l’équipe», analyse le magazine, qui parle d’un «crime imaginaire».

Newsletters

Mieux vaut faire votre séance de sport avant le petit-déjeuner

Mieux vaut faire votre séance de sport avant le petit-déjeuner

C'est une question d'insuline et de glycémie.

Le record du marathon a-t-il été battu grâce à des chaussures trop performantes?

Le record du marathon a-t-il été battu grâce à des chaussures trop performantes?

Depuis 2016, les records sur marathon se sont améliorés grâce à un modèle de baskets particulier. Certain·es y voient une remarquable innovation, d'autres un avantage inéquitable.

Une équipe de foot italienne voulait jouer en blackface pour condamner le racisme

Une équipe de foot italienne voulait jouer en blackface pour condamner le racisme

L'idée était notamment de soutenir Mario Balotelli, récemment victime de cris racistes lors d'un match à Vérone.

Newsletters