France / Politique

Christine Ockrent et le «sale mec» de François Hollande

Temps de lecture : 2 min

Christine Ockrent 2010. Olivier Ezratty via Wikipedia CC Licence by
Christine Ockrent 2010. Olivier Ezratty via Wikipedia CC Licence by

«Un grand moment de littérature politique française, complètement abstrait et théorique du début à la fin, et presque impossible à traduire dans n’importe quelle autre langue.» C’est en ces termes que Christine Ockrent décrit «l’adresse aux Français», la double page écrite par François Hollande et publiée dans Libération le 2 janvier.

Ironiquement, c’est dans une autre tribune, parue dans le New York Times cette fois-ci, que l’ancienne présentatrice du JT de France 2 a choisi de publier son analyse. Dans ce texte intitulé «Ah l’éloquence», elle dénonce l’évolution du langage chez les hommes politiques.

Estimant que «le langage en France est un sujet majeur», Christine Ockrent s’attaque à Nicolas Sarkozy, coupable d’avoir cru «que les Français voulaient un leader moderne, qui parlait comme eux», et à François Hollande et à son utilisation récente de l’expression «sale mec».

Oubliant au passage de remettre la phrase du candidat socialiste dans son contexte, elle fait comme si Hollande avait désigné directement le président de la République en ces termes, sans rappeler qu’il s’agissait d’une parodie dans laquelle il imaginait le mea culpa de Sarkozy.

Nicolas Sarkozy et François Hollande coupables de crime de lèse-français? Selon Christine Ockrent, les deux candidats se seraient malgré tout trouvés une même référence en matière de talent oratoire, en la personne de François Mitterrand qu’elle qualifie de «maître des mots».

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters