Monde

Meurtre d'un scientifique iranien: Téhéran accuse Israël

Temps de lecture : 2 min

Iran with nuclear symbol. futureatlas.com via Flick CC Licence by
Iran with nuclear symbol. futureatlas.com via Flick CC Licence by

Ahmadi Roshan, scientifique de Téhéran travaillant sur le site militaire de Natanz, a été assassiné mercredi 11 janvier, rapporte Reuters. Une bombe a été placée sur la portière de sa voiture par un mystérieux motard. Un attentat qualifié d’«acte haineux» par les autorités iraniennes, qui ont immédiatement accusé Israël.

Ce meurtre intervient alors que l’Iran fait l’objet de pressions croissantes de la part de la communauté internationale qui soupçonne la République islamique de vouloir développer un programme nucléaire militaire. L’Iran s’en défend, assurant vouloir se limiter à la production d’énergie civile. Comme une nouvelle provocation, le gouvernement iranien a fait savoir lundi 9 janvier qu’il était sur le point de démarrer la production d’uranium enrichi sur un nouveau site.

Ces révélations ont ravivé les tensions entre le pays du Golfe et ses voisins. Les Etats-Unis et les pays européens souhaitent actuellement renforcer les sanctions envers le régime, essentiellement par le biais d’un embargo sur le pétrole iranien. En réaction, le régime de Mahmoud Ahmadinejad a menacé de bloquer le détroit d’Ormuz par lequel transite près de 30% du pétrole mondial.

Dans un tel contexte, pourquoi Téhéran pointe-il Israël du doigt? Comme le rappelait en juillet 2011 Jacques Benillouche sur notre site, une «véritable guerre totale des services secrets» est engagée entre l’Etat hébreux, qui fait lui-même partie des cinq nations officiellement détentrices de l’arme nucléaire, et son voisin chiite, qui a appelé à plusieurs reprises. Même si Israël se prépare à ce que l’Iran accède à la puissance nucléaire, il a tout intérêt à retarder le plus possible ce moment. Dès lors l’hypothèse d’un assassinat orchestré par Israël semble plausible.

«L’histoire est familière», relève le Telegraph, rappelant qu’il s’agit du cinquième scientifique iranien à être visé par un tel attentat en deux ans. Là encore les soupçons s’étaient portés vers les services secrets israéliens. Les deux pays sont en état de quasi guerre ouverte, Israël souhaitant déclencher des frappes préventives sur les bases iraniennes, et Ahmadinejad ayant renouvelé en 2010 sa promesse «d’annihiler» l’Etat juif. Ce nouveau meurtre envenime encore un peu plus la situation au Proche-Orient, où le scénario d’une guerre prochaine est de plus en plus pris au sérieux.

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters