Hitler sauvé de la noyade à 4 ans?

Hitler, 1938

«C'est peut-être l'acte de miséricorde le plus dévastateur de l'Histoire.» Dans un style inimitable, The Daily Mail nous raconte une histoire extraordinaire: le monde aurait pu ne jamais entendre parler d'Adolf Hitler si un futur prêtre ne l'avait sauvé de la noyade à 4 ans à Passau, en Allemagne.

C'est un article du Donauzeitung-Danube de janvier 1894 qui refait surface grâce à des historiens allemands.

Le journal relate un fait divers: un jeune garçon est tombé dans les eaux glacées de la rivière Inn et un «camarade déterminé» (le Donauzeitung était classé à gauche, souligne le Daily Mail) a plongé pour le sauver. Le courageux sauveteur, qui avait alors à peu près le même âge qu'Hitler, s'appelait Johann Kuehberger et est par la suite devenu prêtre. C'est son successeur, le père Tremmel, qui a raconté l'anecdote en 1980.

L'article en question ne donne pas le nom de l'enfant sauvé des eaux, mais les historiens s'accordent pour dire qu'il est très probable qu'il s'agisse d'Hitler, explique The Telegraph.

Hitler, plus tard, a raconté à ses généraux qu'il jouait souvent aux indiens et aux cowboys sur les rives de la Inn, mais n'a jamais parlé de l'épisode de la quasi-noyade.

Anna Elisabeth Rosmus, une auteure allemande originaire de Passau, le raconte dans un livre:

«Tout le monde connaissait cette histoire à Passau. Certains disent aussi qu'il n'a jamais appris à nager et avait besoin de lunettes (…) En 1894, alors qu'il jouait avec un groupe d'enfants (…) Adolf est tombé dans la rivière. Le courant était très fort et l'eau glacée (…). Heureusement pour le jeune Adolf, le fils du propriétaire de la maison où il vivait a pu le sortir à temps et ainsi lui sauvé la vie.»

Une radio bavaroise va y consacrer une émission, rapporte le Daily Mail. A cette occasion, des témoignages devraient venir confirmer l'histoire.

Buzzati, dans Le K, avait lui aussi imaginé l'enfance d'Hitler. Dans la nouvelle, le petit Dolphie joue dans un parc, auprès de la rivière. L'enfant, «maigrichon, souffreteux, blafard, presque vert» ne tombe pas à l'eau, mais souffre d'être surnommé Laitue par les autres petits garçons, qui ne veulent pas jouer avec lui.