Culture

La Bible, best-seller en Norvège

Temps de lecture : 2 min

Jesus_11 /Biblevictor via Flickr CC License by
Jesus_11 /Biblevictor via Flickr CC License by

Alors que les tueries d’Utoya et Oslo perpétrées cet été par Anders Behring Breivik, présenté comme un chrétien fanatique, ont concentré l’attention des médias sur le pays, The Guardian revient sur le plus gros succès des librairies norvégiennes en 2011: la Bible.

Mais attention, pas n’importe quelle Bible. Celle-ci, la première à avoir été traduite en norvégien depuis trente ans, ne contient ni vers ni chapitres. Il s’agit d’une version romancée du Livre originel, inaugurée en grande pompe lors de nocturnes en librairies et dont près de 80.000 exemplaires ont été vendus à ce jour. Depuis sa sortie en octobre, l’ouvrage n’a pas quitté la tête du classement des meilleures ventes.

Les Norvégiens sont-ils tous devenus des fous de dieux? Stine Smemo Strachan, heureux éditeur de cette nouvelle version, préfère parler d’un grand succès qui ne doit pas être attribué à un quelconque fanatisme religieux présent en Norvège, mais plutôt au fait que «cette publication représente un événement culturel, et en raison de sa lisibilité».

Newsletters

Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021

Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021

Cette année, le binge-watching sera notre seul salut.

Celui où Anaïs doit répondre à la question jamais tranchée: Ross et Rachel étaient-ils «on a break»?

Celui où Anaïs doit répondre à la question jamais tranchée: Ross et Rachel étaient-ils «on a break»?

Dans ce septième épisode d'AMIES, Anaïs regarde la deuxième moitié de la saison 3 de Friends. Celle qui a lancé des milliards de débats pour savoir si, oui ou non, Ross et Rachel étaient «on a break». Anaïs et Marie reviennent aussi sur les...

«My Americans», un regard sur la communauté chinoise américaine

«My Americans», un regard sur la communauté chinoise américaine

Depuis 2012, An Rong Xu documente la vie des communautés chinoises aux États-Unis. «J'avais besoin de remettre en question ma place et mon identité dans le paysage ethnique américain, raconte le photographe. J'ai commencé à travailler sur “My...

Newsletters