Life

Le mystère des hyperpolyglottes

Slate.fr, mis à jour le 05.01.2012 à 12 h 46

Phonetics Vocal Tract Diagram /JeffMcNeil via Flickr CC License by

Phonetics Vocal Tract Diagram /JeffMcNeil via Flickr CC License by

Qui sont-ils vraiment, ces gens qui arrivent à passer d'une langue à l'autre et en maîtrisent parfois plus d'une trentaine quand balbutier trois mots d'anglais vous semble insurmontable?

The Economist revient sur un ouvrage dans lequel l'écrivain et journaliste Michael Erard tente d'éclaircir le mystère des hyperpolyglottes.

Première certitude: ils seraient souvent introvertis, voire carrément autistes comme ce diplomate allemand du XXe siècle, qui ne parla plus à sa femme pendant plusieurs mois après qu'elle lui avait conseilllé de revêtir un manteau plus chaud. Quant à la science, elle hésite encore entre plusieurs théories.

L'hyperpolyglotie pourrait résider, comme le soutient Simon Baron-Cohen de l'université de Cambridge, dans le fait que les autistes ont un cerveau «masculin» très développé, et donc une capacité toute particulière à comprendre des systèmes compliqués. Pour d'autres, l'hyperpolygotie se situe dans un groupement de traits génétiques que l'on appelle «Geschwind-Galaburda», et qui contiendrait, en vrac: l'homosexualité, le fait d'être gaucher, des désordres immunitaires et, pourquoi pas aussi, un don pour les langues...

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte