Pour lire Céline en numérique, faut-il être un pirate?

Louis-Ferdinand Céline Gio via Wikimedia Commons

Saisissez le sous titre ici

L’œuvre de Louis-Ferdinand Céline, décédé en 1961, est tombée dans le domaine public au Québec en ce début d’année 2012. L’œuvre phare de Céline, Voyage au bout de la nuit, est ainsi disponible sur le site québécois Ebooksgratuits, rapporte Hervé Bienvault du blog Aldus 2006 spécialisé dans la lecture numérique. 

Depuis le 1er janvier 2012, le site canadien Ebooksgratuits propose de télécharger gratuitement et cela en toute légalité (selon la législation canadienne), l’œuvre de Céline. Pour l'Union européenne et la Suisse, une œuvre devient libre de droits 70 ans après le décès de l'auteur. Au Canada, cette durée n’est que de 50 ans.

Théoriquement le téléchargement n’est pas possible en France, en raison du filtre basé géographiquement sur l'adresse IP et parce que chaque internaute est théoriquement soumis à la loi du pays depuis lequel il accède à Internet. Néanmoins, il apparaît assez aisé de le contourner et ainsi de se procurer l’œuvre en version numérique. N’en déplaise à Gallimard, l'éditeur français de Céline qui ne propose aucune vérsion électronique de l'oeuvre (ebook). Déjà, en son temps, Céline plaidait pour une plus grande disponibilité de ses œuvres, notamment via l'édition de ses livres en poche.

Cet épisode parachève les relations que  le docteur Louis Destouches a entretenu avec le Québec, depuis son premier voyage officiel en 1925 en tant qu’employé de la Société des Nations (SDN), comme le rappelle le blog L’ombre de Louis-Ferdinand Céline.

En 2011, Céline avait déjà suscité la polémique lorsqu’il avait été sélectionné parmi les 500 personnalités et événements pour lesquels le ministère de la Culture français souhaitait des célébrations nationales. Mais finalement Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, a décidé de retirer Céline de cette liste, estimant que «les immondes écrits antisémites» de l'écrivain empêchent un hommage rendu par la République.

Et Emile Brami, l’un de ses biographes, d’expliquer que «la seule célébration qui vaille pour un écrivain, ce sont ses lecteurs. En ce qui concerne Céline, il est célébré tous les jours», comme l’avait rapporté Olivier Bailly dans son article sur Slate.  Pour l’anecdote, Voyage au bout de la nuit est le livre le plus volé dans les librairies parisiennes. Peut-être qu’une version numérique gratuite permettra d’enrayer ce phénomène.

A LIRE AUSSI