FrancePresidentielle

Yvette Horner ne passera pas de Giscard à Le Pen

Slate.fr, mis à jour le 29.12.2011 à 16 h 14

Saisissez le sous titre ici

Yvette Horner (DR).

Yvette Horner (DR).

«Convoitée» par le FN, l’accordéoniste Yvette Horner ne souhaite pas rejoindre les rangs des soutiens de Marine Le Pen, d’après un communiqué envoyé à la presse jeudi 29 décembre, et que relaie notamment Le Parisien:

«Me Collard a, paraît-il, émis le souhait de m’enrôler dans les troupes qui soutiennent madame Le Pen. Encore faudrait-il que cette dame, qui me trouve trente ans de retard, mette sa propre pendule à l’heure. Que l’on sache que je ne soutiens personne car la musique ne se récupère pas. Elle appartient à tous.»

«Je ne désespère pas», a répliqué Florian Philippot, le directeur de campagne de Marine Le Pen, sur RMC et BFM TV, avant d’ajouter:

«Je sais que chez elle, elle a une pièce entièrement bleu, blanc, rouge. Je sais qu'elle est très, très patriote.»

L’affaire est partie d’une interview au Journal du dimanche de Gilbert Collard, où l’avocat proche de Marine Le Pen s’exprimait à propos du comité de soutien:

«Il y a quelqu'un que je voudrais voir nous rejoindre, mais j'ai perdu son numéro de téléphone. C'est une amie, j'ai dîné avec elle plusieurs fois, je l'adore. C'est Yvette Horner. Alors, si par votre intermédiaire, je peux lui faire passer un message...»

L’accordéoniste avait elle déjà attaqué Marine Le Pen en février dernier, quand la candidate avait accusé Jean-Luc Mélenchon, lors d’un débat sur RMC et BFM TV, d’être «la Yvette Horner de la politique», d’avoir «trente ans de retard». Interrogée par Pure Médias, elle avait répliqué:

«Quand elle dit que j'ai trente ans de retard, elle va voir dans quelques semaines que c'est elle qui a trente ans de retard.»

Jusqu’ici, Yvette Horner était surtout connue politiquement pour son giscardisme militant, d’inspiration musicale: le 24 juin 1973, le ministre des Finances de l’époque s’était produit avec elle lors du Festival mondial de l’accordéon de Montmorency en compagnie d’André Verchuren. Une photo a immortalisé l’événement, dont une phrase du futur président à L’Express est également restée:

«Si tous les hommes politiques jouaient de l'accordéon, on s'entendrait mieux.»

Ce n’est en revanche pas VGE mais ses trois successeurs qui ont décoré Yvette Horner de la Légion d’honneur à l’Elysée: François Mitterrand l’a faite chevalier, Jacques Chirac officier et Nicolas Sarkozy commandeur.

Retrouvez ceux qui feront 2012 sur Wikipol.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte