Life

Lit-on plus vite l'anglais ou le chinois?

Slate.fr, mis à jour le 22.12.2011 à 14 h 39

La Bible Sarah Joy via Flickr CC License by

La Bible Sarah Joy via Flickr CC License by

Après un article du Time qui s'intéressait à la vitesse d'élocution des langues –ce n'est pas une question de vitesse de prononciation, mais de densités d'information dans les syllabes– Per Square Mile s'intéresse à la vitesse à laquelle on lit l'anglais ou le chinois. Et c'est le même raisonnement qui prévaut.

«Mon intution me ferait penser que de deux personnes –l'une parlant chinois, l'autre anglais– celle parlant chinois pourrait lire un passage au même contenu en moins de temps car chaque caractère en dit plus», un caractère chinois transmettant plus d'informations qu'une syllabe d'un mot anglais.

Toutefois, parmi les sinogrammes, il y a des caractères simples, appelés pictogrammes, et d'autres plus compliqués comme les idéogrammes, qui nécessitent un certain temps de déchiffrage. De plus, une étude de neuropsychologie publiée en 2006 postulait que la forme des caractères chinois était plus adaptée à la partie de la rétine qui nous permet de lire, la fovéa.

Une étude en 1958, publiée dans la revue Perception & Psychophysics, a cependant trouvé que la vitesse de lecture entre les anglophones et les sinophones était similaire –382 mots par minute en anglais, 386 en chinois. Toutefois, ce n'est pas seulement une question de mots ou syllabes lus (les phrases en chinois sont généralement plus courtes) mais de sens qui est transmis. Les anglophones et les sinophones mettent autant de temps à comprendre un texte.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte