Hendrix, Cobain, Morrison, Winehouse: la malédiction du «club des 27» est un mythe

Des fleurs et des verres d'alcool, hommage à Amy Winehouse de fans devant son appartement londonien. REUTERS/Stefan Wermuth

La mort de la chanteuse britannique Amy Winehouse en juillet dernier avait relancé la théorie de la «malédiction du club des 27», ce mystérieux phénomène qui voudrait que les rock stars ont plus de chances de mourir à l’âge de 27 ans.

Un mythe qu’une équipe de statisticiens des universités du Queensland en Australie et de Freiburg en Allemagne ont décidé de vérifier scientifiquement, avec un résultat qui décevra les amateurs de phénomènes inexpliqués et autres jeunes mélomanes romantiques: les chanteurs et musiciens célèbres n’ont pas plus de chances de mourir à 27 ans, rapporte NME.

Jean-Marie Pottier recensait sur Slate dans un article consacré au phénomène les illustres membres de ce «club des 27», qui a vraiment décollé dans l’imaginaire collectif avec le suicide de Kurt Cobain en 1994:

«Le 3 septembre 1970, Alan Wilson, le chanteur de Canned Heat, qui vient de participer au festival de l’île de Wight, meurt d’une overdose. Il a 27 ans et deux mois. Le 18 septembre, c’est au tour de Jimi Hendrix, étouffé dans son vomi suite à un mauvais cocktail alcool-médicaments (27 ans et dix mois). Le 4 octobre, Janis Joplin boucle cette saison en enfer d’une surdose d’héroïne (27 ans et huit mois). Un an avant, Brian Jones se noyait dans sa piscine au même âge. Deux ans jour pour jour après le Rolling Stone et avec autant de bougies au compteur, Jim Morrison optera lui pour la baignoire.»

Mais pour Adrian Barnett et ses collègues, ce mythe ne résiste pas à un examen scientifique, comme ils l’expliquent dans la conclusion de leur étude parue dans le prestigieux British Medical Journal:

«Nos résultats montrent qu’ils [les musiciens] ont un risque accru entre 20 et 40 ans. Cette trouvaille devrait être d’utilité internationale, car les musiciens contribuent de manière importante à la qualité de vie des populations, ce qui signifie qu’il est très important de les garder en vie (et au travail) autant que possible.»

Pour arriver à cette conclusion, les statisticiens ont étudié les 1.046 musiciens qui ont occupé la première place du hit parade britannique entre 1956 et 2007, et ont trouvé qu’il n’y avait pas de risque accru à 27 ans. En revanche, la mortalité était deux à trois fois supérieure à la population générale britannique pour les musiciens entre 20 ans et 40 ans.