Monde

Les «Ossis» se font rares à Berlin

Slate.fr, mis à jour le 21.12.2011 à 10 h 33

berlin noca 2/korbatz via Flickr CC License by

berlin noca 2/korbatz via Flickr CC License by

L’Allemagne sous forme de chiffres, c’est possible. Cela paraît tous les ans sous le nom de «Statistisches Jarbuch», et l’édition 2011 a été publiée mi-décembre. Mais fédéralisme oblige, certains Länder allemands publient leurs propres chiffres, comme Berlin. Par exemple en 2010, et grâce à ces études, le portail de la ville affirmait:

«Selon les chiffres officiels, le Land de Berlin compte 514 bœufs, 368 moutons, 51 porcs, et 101.624 chiens.»

Mais ces études s’intéressent aussi aux humains. D’ailleurs, selon les derniers chiffres, les Berlinois changent progressivement de nature, apprenait-on dernièrement du journal populaire BZ:

«Les habitants de la capitale originaires de l’Allemagne de l’Est disparaissent progressivement. En 2010, seuls 317.000 Berlinois avaient passé leur diplôme de fin d’étude en ex-RDA.»

Si l’on compte ceux qui ont fait leur scolarité en Allemagne de l’Est mais ont fait leurs études dans l’Allemagne réunifiée, la liste s’allonge un peu. Mais au total, Berlin ne compte plus que 340.000 «echte Ossis», les authentiques Allemands de l’Est (par opposition aux Wessis, anciens habitants de l’Ouest). Cet effondrement numérique est allé très vite, poursuit le journal:

«En 1990, à la chute du Mur, on comptait 1,3 million d'habitants à Berlin-est, contre 2,1 millions à Berlin-ouest. Mais le chômage provoqué par la faillite des entreprises d’Etat de l’ex-RDA ainsi que le manque de création d’emplois dans le nouveau Berlin ont causé un exode massif vers l’Ouest.»

1,2 million de Berlinois ont quitté leur ville au cours des dix années qui ont suivi la chute du Mur. Parmi eux, 80% étaient Ossis. Et 20 ans plus tard, si les anciens Allemands de l’Est se font rares à Berlin, le sentiment d’altérité entre Est et Ouest perdure. Il suffit de lire un des milliers de commentaires postés sur le forum du site Elitepartner.de. A la question «Pensez-vous que la différence entre Ossis et Wessis se voit toujours?», on lit entre autres: 

«Oh que oui! En tant qu’ancien Ossi résidant dans l’actuel Berlin-ouest, je continue de repérer des différences. (…) Les Wessis sont plus individualistes, moins sympathiques que les Ossis de ma génération.»

Parmi les irréductibles Ossis de Berlin, retenons bien sûr Angela Merkel.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte