Monde

La mafia russe est-elle toujours aussi puissante?

Temps de lecture : 2 min

Vyacheslav Ivankov, parrain de la mafia russe assassiné en 2008, REUTERS/Stringer Russia
Vyacheslav Ivankov, parrain de la mafia russe assassiné en 2008, REUTERS/Stringer Russia

Certes le crime organisé a toujours été très présent en Russie. Mais est-ce que la mafia bénéficie maintenant de la protection de l’Etat? C’est la question que pose le Financial Times dans une longue enquête sur les évolutions des groupes mafieux en Russie depuis l’écroulement de l’Union soviétique et l’arrivée du capitalisme dans le pays.

Pour Maxim Gladki, journaliste indépendant qui s’intéresse depuis longtemps au monde du crime organisé en Russie, les meurtres liés à la mafia sont moins nombreux qu’au début des années 1990, au temps où être «voleurs dans la loi» était une quasi religion, et où les bandes rivales se faisaient une guerre acharnée et violente.

Maintenant, les chefs se sont plus ou moins rangés, ils profitent du capitalisme et sont pour la plupart devenus des hommes d’affaires ou des «bureaucrates à col blanc» fréquentant juges et hommes politiques corrompus.

Ils sont par ailleurs tellement influents dans les milieux dirigeants qu’un document diplomatique américain révélé par Wikileaks fin 2010 parle d’«Etat mafieux»,«on ne peut pas faire la différence entre les activités du gouvernement et celles des groupes criminels».

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters