Culture

Viré pour avoir donné une mauvaise note à James Franco

Slate.fr, mis à jour le 20.12.2011 à 10 h 43

James Franco à Los Angeles le 26 septembre 2010, REUTERS/Mario Anzuoni

James Franco à Los Angeles le 26 septembre 2010, REUTERS/Mario Anzuoni

Un ancien professeur de l’université de New York (NYU) affirme avoir perdu son travail parce qu’il a donné une mauvaise note, un «D», à James Franco après que la star d’Hollywood avait séché la quasi-totalité de ses cours.

Selon le New York Post, Jose Angel Santana a porté plainte devant la Cour suprême de Manhattan pour récupérer son emploi. Il affirme que Franco a raté 12 de ses 14 cours avec lui, et que l’ancien présentateur de la cérémonie des Oscars a réagi à sa mauvaise note en le ridiculisant publiquement. Son département aurait écouté la star plutôt que le professeur, et décidé de le licencier l’année dernière.

Dans une interview avec le journaliste américain Roger Friedman, on peut voir Franco, apparemment gêné, répondre à des questions sur sa mauvaise note à NYU:

La star de 127 heures semble avoir un penchant pour les diplômes d’acteur, et se serait inscrit à quatre universités. Et certains de ses projets d’étude sont pour le moins étonnants.

Le professeur de 58 ans explique au New York Post:

«Il est clair que l’école s’est démenée pour créer un environnement favorable à Franco. L’université a fait tout ce qu’elle a pu pour obtenir les faveurs de James Franco.»

Selon lui, l’absentéisme de Franco s’étendait à d’autres cours de l’université new-yorkaise, mais le reste du département avait l’habitude d’ignorer ce genre de comportement venant de ses élèves les plus célèbres. Il accuse notamment l’école de lui avoir donné des bonnes notes parce qu’il a embauché un de ses professeurs, Jay Anania, pour l’écriture et la réalisation du film William Vincent, dans lequel l’acteur joue.

Comme l’on pouvait s’y attendre, NYU dément les accusations de Santana, et a fait parvenir le communiqué suivant à NBC News:

«Nous n’avons pas encore vu la plainte, mais les affirmations que nous voyons dans les médias sont ridicules. De plus, il est regrettable et décevant de voir un membre de la faculté, ancien ou non, faire état des notes d’un élève pour se faire de la publicité.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte