Economie

Cette fois, Saab semble bien mort

Slate.fr, mis à jour le 19.12.2011 à 17 h 13

Le dernier modèle de Saab la 95 Johannes Eisele / Reuters

Le dernier modèle de Saab la 95 Johannes Eisele / Reuters

Depuis deux ans, le prestigieux constructeur automobile suédois Saab tente désespérément de survivre, mais les derniers espoirs semblent aujourd'hui envolés. Le constructeur a déposé le bilan lundi 19 décembre. Une tentative désespérée pour lever des fonds en Chine a été bloquée par l'ancien propriétaire de Saab, l'américain General Motors, qui a refusé de transférer des brevets à des actionnaires chinois.

Trois des principales sociétés du groupe se sont déclarées en faillite (Saab Automobile Aktiebolag, Saab Automobile Tools AB et Saab Automobile Powertrain) et le tribunal de Vänersborg doit maintenant «nommer rapidement un liquidateur». Il semble ne plus y avoir de solutions pour sauver Saab.

Le dernier propriétaire du constructeur, le groupe néerlandais Swedish Automobile (Swan), incapable de soutenir financièrement le constructeur, a confirmé que «sans l'apport de nouveaux fonds, il devient insolvable».

Le directeur général de Swan, Victor Muller, avait bien obtenu après des mois de négociation et même l'accord du gouvernement chinois l'entrée dans le capital du groupe de deux importantes entreprises chinoises, le constructeur Youngman et le distributeur Pang Da. Mais General Motors a répété qu'il s'opposait au transfert aux entreprises chinoises des brevets qu'il détient toujours pour les modèles 9-3, 9-5 et 9-4X. Les propositions faites par Saab «entraîneraient directement ou indirectement le transfert du contrôle ou de la propriété de l'entreprise d'une façon qui serait préjudiciable à GM et à ses actionnaires», indique le constructeur américain.

L'agonie de Saab se prolonge depuis des mois. L'entreprise était déjà au bord de la faillite et GM voulait la fermer avant de la vendre in extremis à Swedish Automobile –Spyker à l'époque– au début de l'année 2010 pour 400 millions de dollars. Mais le répit a été de courte durée. A la fin du 1er semestre 2011, Saab a été contraint d'arrêter sa production lorsque les fournisseurs ont cessé leurs livraisons, leurs factures étant impayées depuis des mois.

Saab emploie environ 3.700 personnes, qui n'ont cessé d'être payées avec retard depuis le début de l'année et n'ont d'ailleurs toujours pas reçu leurs salaires de novembre.

Le maire de Trollhättan où se trouve l'usine Saab, Paul Aakerlund, ancien représentant syndical du constructeur, veut encore y croire. «Je sais qu'il y a des acheteurs possibles pour la totalité de Saab et pour la faire tourner à Trollhättan». Un optimisme qui n'est pas partagé par la plupart des spécialistes de l'industrie automobile qui estiment que Saab est trop petit pour lutter contre les grands constructeurs et trop grand et avec des modèles inadaptés pour concurrencer les petites marques de luxe et de prestige.

Fondé en 1938 avec l'aide du gouvernement suédois pour fabriquer des avions, Saab s'est ensuite diversifié dans l'automobile après la Seconde Guerre mondiale. Le constructeur a connu un grand succès des annés 1960 aux années 1980 avec ses modèles 99 et 900. La marque Saab existe toujours dans le secteur de l'aéronautique avec la société Saab AB.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte