Monde

Négationnisme du génocide arménien: une loi mauvaise pour la France mais bonne pour la Turquie

Slate.fr, mis à jour le 19.12.2011 à 17 h 05

Palais Bourbon/ ell Brown via Flickcc licenceby

Palais Bourbon/ ell Brown via Flickcc licenceby

Il sait que les Turcs vont le considérer comme «traître à la patrie». Pourtant Baskin Oran prend tout le monde à rebrousse-poil et affirme, dans le journal Radikal 2 (traduit en français par Turquie européenne), que la loi pénalisant le négationnisme du génocide arménien, celle-là même que le Parlement français pourrait voter avant la fin 2011, est à ses yeux une mauvaise chose pour la France mais une bonne chose pour la Turquie.     

Une mauvaise chose pour la France car c’est «la tradition française de liberté d’expression (qui) sera anéantie». Cette loi «porterait atteinte au travail des enseignants et des chercheurs. Ce serait autant d’entraves à la science historique oeuvrant à éclairer et expliquer le passé». Le politilogue turc explique:

«Beaucoup de personnes ont attiré l’attention sur le fait que ce pouvait être un droit de dire qu’il y a eu génocide, tout comme de dire le contraire. Et ce qu’ils défendaient ici était très net: les valeurs fondamentales dont la France s’est fait le modèle de par le monde.»

Les Echos rappelle que cette proposition de loi a opposé Alain Juppé à Nicolas Sarkozy, le premier ne voulant pas donner l’impression que «l’exécutif la soutient» tandis que le second ne serait pas «mécontent d’envoyer un signal à la communauté arménienne à l’approche de la présidentielle».

Dans son article, Baskin Oran retrace également l’historique de la législation sur le génocide en France:

  • loi Gayssot du 13 juillet 1990 qui interdit toute discrimination et pénalise la négation du génocide juif
  • loi reconnaissant le génocide arménien, votée le  29 janvier 2001, mais «il n’était prévu là ni délit, ni peine»
  • loi «prévoyant une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison et 45.000 euros d’amende pour “contestation de l’existence du génocide arménien”», votée le 12 octobre 2006 par l’Assemblée nationale mais pas par le Sénat. 

En revanche, cette loi serait une bonne chose pour la Turquie, car admettre «les horreurs commises  par l’Etat profond de l’époque» est une «condition essentielle à la dignité de la Turquie» tout comme «indemniser les biens spoliés à ceux des Arméniens en mesure d’attester, d’une façon ou d’une autre, des droits de leurs ancêtres». 

Et puis, «parce qu’on ne vit pas ainsi avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. La Turquie ne peut tout simplement pas continuer à se faire ainsi humilier en courant, la langue pendante, après tous ces projets de loi».       

Voilà, conclut Baskin Oran, les «raisons pour lesquelles je veux que ces lois passent» au Parlement français  –quitte à se faire conspuer par ses concitoyens turcs.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte