Life

Les cadeaux les plus chers ne sont pas forcément les plus appréciés

Slate.fr, mis à jour le 16.12.2011 à 16 h 14

Park House Club emballé comme un cadeau, à Cardiff / Howard Dickins via Wikimedia Commons

Park House Club emballé comme un cadeau, à Cardiff / Howard Dickins via Wikimedia Commons

Bonne nouvelle pour les personnes qui détestent chercher des cadeaux à offrir pendant les fêtes. Une étude vient de prouver 3 règles qui risquent de tout changer pour eux:

Si, aux premiers abords, cette logique semble erronée, elle a non seulement été vérifiée par une étude sociologique mais également sur le tard via le site Amazon.com, confirme le New York Times. «Passer du temps et dépenser de l’argent pour "le cadeau parfait" peut faire du bien aux acheteurs, mais ce n’est pas forcément un "plus" pour les cadeaux», affirme Francis Flynn, professeur à l’Université de Stanford.

«Nos recherches ont montré que les personnes qui offrent des cadeaux pensent que ceux-ci plaisent d’autant plus qu’ils sont chers, or les destinataires n’apprécient pas forcément les cadeaux avec des prix élevés», précise-t-il. Son étude prouve que le prix du cadeau importe plus pour celui qui offre que pour le destinataire.

Dans son étude «L’argent ne peut pas acheter l’amour», Francis Flynn a identifié un décalage entre les avis des émetteurs de cadeaux et les destinataires à propos du lien entre son prix et sa capacité à plaire. Ceux qui offrent attendent un lien positif entre ce qu’ils ont dépensé et la mesure dans laquelle les destinataires apprécieraient ce cadeau. Au contraire, les destinataires ne font aucun rapprochement entre leur satisfaction et le prix du cadeau.

Exemple. Les personnes qui offrent un iPod espèrent faire davantage plaisir qu’en offrant un simple CD. Mais ceux qui les reçoivent sont aussi satisfaits, par l’un comme par l’autre.

Autre exemple, quand on interroge les couples mariés sur les cadeaux qu’ils ont reçu, ils désignent comme leurs préférés ceux qui ont été le moins sollicité sur les listes de cadeaux de mariage. En clair, aucun lien probant entre le prix du cadeau et sa propension à être apprécié.

Pourquoi? Selon les chercheurs, celui qui offre raisonne avec un certain égocentrisme par le biais de sa propre expérience du shopping. Au contraire, les destinataires ne connaissent pas le temps et l’argent dépensé pour le cadeau, ils n'en tiennent donc pas compte pour leur appréciation.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte