Culture

2012, une bonne année pour les Egyptologues?

Slate.fr, mis à jour le 16.12.2011 à 14 h 43

Kheops/Sigurdga via Flickcclicenceby

Kheops/Sigurdga via Flickcclicenceby

Une équipe de l’université de Leeds (Royaume-Uni) espère enfin découvrir ce qui se cache derrière les énormes pierres qui ferment les deux étroits tunnels partant de la chambre de la Reine, située au cœur de la Pyramide, nous apprend le Dailymail.  

Au début de l’année, ces égyptologues avaient déjà exploré la pyramide à l’aide d’un petit robot-serpent de marque Scouted (Royaume-Uni) dénommé Djedi, dans le cadre d’un projet auquel participe le français Dassault. Ce robot avait rapporté  les «premières images qu’on ait jamais eues» sur ce qui se cache derrière ces portes: «De petits hiéroglyphes rouges

On peut en voir quelques exemples sur Gizmodo qui reprend cette vidéo retraçant le passage du robot-serpent.

Malheureusement, l’exploration a dû être stoppée lorsque l’Egypte a été secouée par les manifestations contre Moubarak. Mais les «autorités égyptiennes devraient renouveler leurs autorisations prochainement», explique, confiant, le chef de l’équipe.

L’égyptologue Kate Spence, de l’université de Cambridge, qui ne fait pas partie de cette expédition, «ne croit pas qu’il y ait une autre chambre, secrète» derrière ces portes.

Une équipe canadienne, menée par Xavier Maldague, de l’université Laval espère également obtenir l’autorisation du responsable du Conseil suprême des antiquités égyptiennes pour pouvoir travailler sur la Pyramide de Kheops. Cependant, les Canadiens utiliseront non pas un robot serpent, mais «un système de thermographie modulé, une technique de sondage non destructif» pour, entre autres, infirmer ou confirmer l’hypothèse émise par Jean-Pierre Houdin.

Celle-ci concerne la chambre du Pharaon. D’après cet architecte français qui a simulé en 3D la construction de la Pyramide, ainsi que l’explique Futura-sciences, il doit y avoir  un passage, lequel aurait permis aux derniers accompagnateurs du pharaon de sortir de la pyramide.

En effet, Jean-Pierre Houdin ne croit pas à la thèse prédominante selon laquelle les serviteurs du monarque auraient «eux-mêmes refermé la chambre funéraire de l’intérieur, se condamnant ainsi à mourir auprès du pharaon». Il croit plutôt que ceux-ci sont «repartis par les antichambres, refermant le passage derrière eux à l’aide d’une pierre».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte