Life

Rhys Morgan, l'adolescent malade qui combat les «médicaments miracle»

Slate.fr, mis à jour le 16.12.2011 à 11 h 13

Des médicaments Steve Snodgrass via Flickr CC License by

Des médicaments Steve Snodgrass via Flickr CC License by

C'est l'histoire d'un jeune blogueur britannique, originaire de Cardiff, Rhys Morgan, atteint de la maladie de Crohn, qui est parti en guerre contre les cliniques proposant des «médicaments miracle», souvent à un prix excessif.

En apprenant qu'il était atteint de la maladie de Crohn, il rechercha des informations en ligne et tomba sur un forum qui faisait la promotion de certaines médecines alternatives, comme la Miracle Mineral Solution (MMS) présentée comme pouvant guérir le cancer, le sida, la malaria et les hépatites.

Curieux, il tapa le nom du médicament sur Google et trouva un avertissement de l'US Food and Drug Administration (Agence fédérale américaine des produits alimentaire et médicamenteux) signalant que le «produit, en demandant aux consommateurs, de mixer la solution à base de chlorure de sodium avec un composant acide comme du citron, produit du dioxyde de chlore, généralement utilisé comme désinfectant et pour le blanchissement industriel» précisant que sa consommation pouvait être accompagnée de nausées, de vomissements et de diarrhée.

En retournant sur le site du traitement pour vérifier s'il faisait état des symptômes succédant sa prise, il remarqua que le critère d'évaluation était le suivant: «Vous vous rendez compte que votre état s'améliore à mesure que vous vous sentez plus nauséeux après avoir pris votre traitement.» Il a alors contacté les autorités britanniques du médicament pour qu'elles interdisent le médicament, ou qu'au moins elles publient un avertissement déconseillant la vente de ce produit dans les pharmacies et en ligne –ce qu'elles ont fait.

Et il ne resta pas à cette première tentative de sensibilisation du public aux traitements dits miracle. Après avoir reçu une demande de cotisation pour le traitement médical d'une fillette, nommée Billie Bainbridge, atteinte d'une tumeur cérébrale, il discuta sur son blog de l'efficacité du traitement proposé par la clinique texane Burzynski, à savoir un traitement surnommé «par antinéoplastons», «basé sur les défenses biochimiques naturelles du corps, capables de combattre le cancer sans lésion des cellules saines» et dont l'efficacité n'est pas encore prouvée selon le National Cancer Institute.

Après la mauvaise publicité autour de la clinique, l'établissement menaça le blogueur d'une action judiciaire, expliquant que ses posts cherchaient à «interférer dans les affaires de son client, blessant affectivement le Dr Burzynski ainsi que ses patients atteints d'un cancer».

«Il est plutôt clair qu'ils cherchent à m'intimider, me rendre silencieux. La science devrait être réglée à travers plus de papiers académiques et d'une meilleure compréhension du monde que par des procès» affirme celui qui se définit comme sceptique mais ne supporte pas qu'on puisse associer scepticisme et étroitesse d'esprit. «Un vrai sceptique pourra être convaincu par des preuves», affirme-t-il au Sydney Morning Herald.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte