Monde

Des détails sur les bavures des mercenaires de Blackwater en Irak

Temps de lecture : 2 min

Un mercenaire en Irak Heath Powell via Flickr CC License by
Un mercenaire en Irak Heath Powell via Flickr CC License by

En 2007, des employés de la compagnie privée de sécurité employée par le département d'Etat américain en Irak, Blackwater, sont accusés d'avoir tué une quinzaine de civils irakiens au Nisoor Square de Bagdad, causant une rupture de contrat qui ne cessera réellement qu'en 2009.

Aujourd'hui, la société, déjà rebaptisée Xe, va désormais s'appeller Academi et lorgne à nouveau sur des contrats en Irak alors que le secteur énergétique connaît un regain de croissance avec les investissements internationaux parallèlement au retrait des troupes américaines.

Un relooking pour incarner une companie plus «ennuyeuse», selon les mots de son président, Ted Wright, alors qu'elle avait été régulièrement évoquée dans les médias pour parler de l'essor des sociétés militaires privées et de ses bavures lors de la guerre d'Irak. Mais, l'attention médiatique pourrait reprendre avec la publication de près de 4.500 pages sur le comportement des mercenaires de la compagnie en Irak par le site américain Gawker.

Bien que les journalistes de Gawker n'aient pu encore parcourir l'ensemble des documents obtenus grâce à la mise en oeuvre du Freedom of Information Act, ils ont pu souligner quelques bavures des mercenaires et la moindre supervision des officiels américains. Ainsi, les mercenaires, pour la plupart, tiraient en direction des voitures qui collaient de trop près les convois dont ils étaient chargés d'assurer la protection, surtout si le chauffeur avait l'apparence d'un militaire.

De même, un rapport révèle qu'un mercenaire de l'autre société militaire privée travaillant en Irak, DynCorp, a tiré cinq coups de feu sur un juge irakien jugé suspect car il conduisait trop vite. Des agents du département d'Etat ont mené des enquêtes sur ces actions, mais le chargé de la sécurité de la région «les avait informés que toute action disciplinaire aurait pour effet de baisser le moral des mercenaires».

Selon un rapport d'une commission de la chambre des Représentants, les employés de Blackwater, entre 2005 et 2007, ont tiré près de 195 fois sur les Irakiens. La commission a également estimé que les services de Blackwater avaient été facturés à un milliard de dollars entre 2004 et 2009 pour pourvoir des services de sécurités au personnel du département d'Etat.

Un article de Slate.com, écrit au moment de l'intervention internationale en Libye, rappelait que «des sociétés militaires privées américaines, comme Blackwater Worldwide (...), embauchent souvent d’anciens membres d’équipes SEAL de l’US Navy ou des Rangers de l'armée des Etats-Unis pour mener des interventions militaires privées». «Pendant la guerre d’Irak, des agents de haut niveau de Blackwater pouvaient prétendre à une solde de plus de 200.000 dollars [environ 150.000 euros] par an», ajoutait Stayton Bonner.

Slate.fr

Newsletters

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Newsletters