Économie

Pour connaître le futur, lisez The Economist de 1931

Temps de lecture : 2 min

Une fissure au Tate Modern, à Londres, en 2007. REUTERS/Luke MacGregor
Une fissure au Tate Modern, à Londres, en 2007. REUTERS/Luke MacGregor

Peut-on prévoir ce que la crise économique actuelle nous réserve pour les prochains mois? Pour The Economist, c’est impossible, et une analyse détaillée des archives du magazine datant du début de l’année 1931 le montre bien: «au cœur de la tempête», personne ne peut saisir toute l’ampleur des nouveaux événements et avoir une vision claire de ce qu’il va se passer.

Un journaliste de The Economist s’est en effet penché sur d’anciens numéros du journal publiés dans les premiers mois de 1931, alors que le monde occidental était depuis près d’un an et demi-paralysé par une des plus grandes récessions de l’histoire. En relisant certaines prévisions du magazine à l’époque, il s’est rendu compte que ce qu'il annonçait s’est révélé complètement faux par la suite.

Par exemple, au début du mois de mai 1931, The Economist se montrait encore rassurant concernant l’avenir de la banque autrichienne Credit-Anstalt qui avait à cette date de nombreuses difficultés financières:

«Heureusement, il est déjà clair que les problèmes de Credit Anstalt ont été pris en main avec succès.»

Mais quelques jours plus tard, l’optimisme n’était plus de mise, et finalement la banque s’est effondrée:

«De récents développements suggèrent malheureusement que la tâche pour surmonter les difficultés […] se révèle plus lourde que ce qui semblait auparavant.»

Newsletters

Le plastique est le nouveau charbon des émissions de gaz à effet de serre

Le plastique est le nouveau charbon des émissions de gaz à effet de serre

L'industrie américaine de plastique émettra davantage de gaz à effet de serre que celle du charbon d'ici 2030, alerte un nouveau rapport.

Bercy

Bercy

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio