Monde

L'Iran veut copier le drone américain capturé

Slate.fr, mis à jour le 14.12.2011 à 11 h 24

Ahmadinejad à Juybar, en Iran / Momali via Wikimedia Commons

Ahmadinejad à Juybar, en Iran / Momali via Wikimedia Commons

L’Iran s’est emparé, dimanche 4 décembre, du drone américain d'observation furtif RQ-170 Sentinel tandis qu'il se trouvait à 250 kilomètres à l'intérieur de l'espace aérien iranien. Des images de l’appareil ont été diffusées à la télévision iranienne, ce qui a provoqué l’ire de Washington. Le gouvernement iranien a refusé de restituer le drone aux Américains, en affirmant qu’il était désormais «propriété de la République islamique», rapporte le Monde.

Des experts seraient actuellement en train d’étudier le drone pour décrypter et récupérer des informations, l’appareil étant un des plus sophistiqués de la CIA, l’Iran voudrait bien se doter de tels avions sans pilote capable de voler à très haute altitude. Mais est-il aisé de saisir les données contenues à l’intérieur d’un drone? se demande BBC News.

Tout cela dépend de l’état dans lequel l’appareil a été capturé, précise Nick Brown, rédacteur en chef de la revue Jane's International Defence Review. Tout en ajoutant que la version vue sur la vidéo pourrait être une reconstruction.

Nick Brown précise que si on ne possède pas un niveau d’informations élevé sur les disques durs et les circuits, «vous ne serez pas capable de faire autre chose que de construire un appareil qui a la même forme». Il ajoute que «tous les algorithmes de contrôle seraient cryptés, et que ce n'est donc pas aussi facile que de lire un disque dur et de le reproduire».

Mais est-ce que les Iraniens peuvent le faire?

«Dans tous les cas, l’Iran manque probablement de savoir-faire pour disséquer le drone avec ses propres moyens. Mais il peut compter sur une aide de ses amis –qui seraient désireux de savoir comment fonctionne un drone à leurs propres fins», explique un ingénieur qui a travaillé sur les drones pour le Pentagone. Et d’ajouter que les Chinois et les Russes seraient leur chance.

Le commandant en chef de l’US Air Force, Norton Schwartz, concède que l’Iran a le «potentiel» pour réaliser cette copie, rapporte Wired. Nick Brown souligne qu'«ils [les Iraniens] sont passés maîtres dans l'ingénierie inverse et ils ont énormément de capacités, sans avoir besoin d'une aide extérieure» et que «tout est possible et que théoriquement l’Iran pourrait copier la plateforme de base, mais ce sont les instruments de contrôle et l’avionique qui font que le drone est utilisable».

«Et même si le drone se révèle complètement intact, les Iraniens ne sauront pas comment l’utiliser puisqu’ils ne savent pas comment fonctionne ses logiciels», conclut un concepteur du drone.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte