Monde

Attentat à Liège: une femme tuée au domicile du suspect

Slate.fr, mis à jour le 14.12.2011 à 10 h 58

Des policiers entourent un cadavre après l'attentat de Liège du mardi 13 décembre. REUTERS/Thierry Roge

Des policiers entourent un cadavre après l'attentat de Liège du mardi 13 décembre. REUTERS/Thierry Roge

L'attentat à la grenade et l'arme à feu qui a eu lieu à Liège ce mardi 13 décembre a fait quatre morts et 123 blessés, rapporte lesoir.be.

En plus de l'auteur de l'attaque, Nordine Amrani, et des deux adolescents de 15 ans et 17 ans, le nourisson de 17 mois qui avait été emmené aux urgences après avoir reçu une balle dans la tête est décédé. La septuagénaire qui avait été donnée pour morte mardi est en fait «dans un état très grave» de santé, rapporte RTL.be.

Parmi les 123 blessés, plusieurs se trouvaient encore dans un état critique dans la soirée de mardi.

Nordine Amrani, le Liégeois de 32 ans identifié par la police comme auteur de cet attentat, s'est tué avec un revolver après avoir lancé des grenades et tiré sur la foule de la place Saint-Lambert, au centre de la ville belge. Il avait été condamné à 58 mois de prison en septembre 2008, après la découverte de 2.800 plants de cannabis chez lui et dans son atelier de soudeur, ainsi qu'un lance-roquettes et plusieurs fusils et armes de tireurs d'élite.

Domicilié non loin de la place Saint-Lambert, il était convoqué dans un service de police pour être entendu, rapporte lesoir.be, et ne s'est pas rendu à son rendez-vous.

Lors d'une perquisition à son domicile, les policiers belges ont découvert le corps d'une femme de 45 ans, tuée mardi matin par Nordine Amrani et qui semblait être la femme de ménage de sa voisine.

Préméditation?

D'après Lameuse.be, Nordine Amrani avait effectué un virement d'argent à sa compagne, accompagné des mots «Je t'aime mon amour. Bonne chance!».

D'après le procureur général de Liège, Cédric Visart de Bocarmé, qui s'exprimait sur la radio RTBF, le tireur s'était visiblement «soigneusement préparé». Il avait été libéré sur parole en octobre 2010 après avoir accompli la moitié de sa peine de prison.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte