Culture

Les bébés hiboux sont-ils les nouveaux lolcats?

Temps de lecture : 2 min

Baby Owl 5

Les bébés hiboux pourraient bien devenir une figure récurrente de la culture Internet, estime The Guardian. Les photos de bébés hiboux, dans la même veine que les lolcats, font l'objet de montages photo avec des phrases humoristiques et les bébés hiboux les plus mignons sont présents sur les plateformes de partage de vidéos. Et ce n'est pas uniquement la faute d'Edwidge, la chouette d'Harry Potter.

Quelques hiboux sont déjà devenus des mèmes, qui sont des éléments culturels reconnaissables par d'autres individus. Il en est ainsi d'«O RLY?», une image présentant un harfang des neiges avec pour légende une forme abrégée d'«Oh, really?» exprimant l'étonnement face à quelque chose de faux ou de surprenant, ou une photographie d'un autre harfang des neiges comportant la légende «I see what you did there» (J'ai vu ce que tu as fait là).

Comme le remarque Salon et le Washington Post, le comportement des hiboux est également répliqué par les humains, sous la forme de ce qu'on appelle le «planking» qui est initialement une activité qui consiste à prendre une attitude aussi raide qu'une planche pour se faire photographier et partager la photo sur des forums et réseaux sociaux. Le «owling» consiste à adopter la même position qu'un hibou.

Pourquoi les hiboux? «Peut-être parce que leurs caractéristiques sont similaires à celles des chats, ils semblent encore plus vulnérables, nourrissant en nous un instinct de protection. Ou peut-être parce que leurs yeux sont encore plus gros que ceux des chatons», imagine Homa Khaleeli.

De la même manière, partant du constat que contrairement à ce que l'on pourrait penser des lolcats, les chats ne sont pas les rois de l'Internet, Vincent Glad, dans un article de Slate, estime que les chats «dominent l'usage des images au second degré» et incarnent «les rois culturels de l'Internet, un élément central de la culture geek» à la diffèrence des chiens, qui, en terme de statistiques, «gagnent la bataille du premier degré, du partage ordinaire».

Qu'est-ce qui fait qu'un animal devient un objet d'adoration sur Internet, voire l'objet d'une mythologie? Le fondateur de Pet Holdings, qui détient le site I Can Haz Cheezburger, une des plateformes de la culture du LOL, Ben Huh, expliquait en 2009 à Farhad Manjoo sa conception:

«Mettons qu'il y ait un site sur les girafes. De magnifiques photos de ces animaux si paisibles, s'enlaçant par le cou amoureusement. Et sur ce site, il y aurait un paquet de photos de ce genre. Génial, hein? Peut-être même que ça deviendrait un mème, peut-être que les gens adoreraient ces photos et qu'ils se les enverraient toute la journée. Et bien malgré tout ça, on ne serait pas intéressés.»

Pourquoi? «Parce qu'il n'y a pas 50 manières pour des girafes de s'enlacer par le cou.»

Slate.fr

Newsletters

Et Adolf devint Hitler

Et Adolf devint Hitler

Sa nouvelle biographie est un éclairage bref et précis sur la vie du dictateur et une entrée pour comprendre la construction de sa pensée.

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

Tueur de braconniers, maquisard du Front de libération des animaux ou Jeanne d’Arc de la défense de l’environnement: des écolos énervés surgissent dans les romans.

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Pratiques commerciales douteuses, exploitation de salariés précaires... Déjà au XIIIe siècle, les grands patrons profiteurs étaient sans scrupules.

Newsletters