Monde

Une majorité de Britanniques soutient Cameron et son veto européen

Temps de lecture : 2 min

A Regent's Street, Londres, 11 décembre 2011, REUTERS/Toby Melville
A Regent's Street, Londres, 11 décembre 2011, REUTERS/Toby Melville

Le Premier ministre britannique David Cameron doit expliquer lundi 12 décembre devant la Chambre des communes sa décision d’opposer un veto à l’accord européen de Bruxelles porté par la France et l’Allemagne trois jours plus tôt.

Les parlementaires conservateurs, en grande partie eurosceptiques, devraient l'accueillir «en héros». En revanche, le Premier ministre britannique devrait essuyer les critiques de l’opposition travailliste et surtout des Liberal Democrats (Lib Dems), le parti pro-européen qui forme avec les conservateurs la coalition au pouvoir.

Le vice-Premier ministre et chef de file des Lib Dems, Nick Clegg, a ainsi violemment critiqué la décision de David Cameron dans une interview à la BBC dimanche 11 décembre, exprimant son «amère déception» et estimant qu’il s’agissait d’une «mauvaise chose pour la Grande-Bretagne», qui n’était pas bonne pour les emplois «ni à la City, ni ailleurs».

Clegg craint que le veto britannique ne rende la Grande-Bretagne «isolée et marginalisée» du reste de l’Europe, et a passé le week-end à contacter les leaders européens pour tenter de «regagner du terrain» selon une source gouvernementale citée par le Guardian. Mais il a aussi affirmé que ce désaccord avec le Premier ministre ne remettait pas en cause la coalition gouvernementale issue des législatives de 2010.

David Cameron devrait insister lors de son intervention sur le fait que le veto avait pour but de protéger le secteur financier de Londres contre une intervention européenne excessive. Mais pour l’ancien ministre des Affaires étrangères travailliste, David Miliband, cette approche «churchillienne» n’est pas la bonne, rapporte la BBC:

«C’est une manière trompeuse de défendre la Grande-Bretagne. Il s’agit d’un moment décisif et très dangereux pour le pays.»

Selon un sondage du Mail on Sunday, 62% des Britanniques soutiennent la décision de David Cameron, et 48% veulent que le pays quitte l'Union européenne. Les journaux conservateurs accusent quant à eux Nick Clegg d’avoir fait volte-face sur le veto de David Cameron et d’être «aveuglé par une obsession fanatique pour l’Union européenne.»

La chaîne de télévision Sky News s’attarde quant à elle sur une image du sommet européen où l’on peut voir selon elle Nicolas Sarkozy «snober» le Premier ministre britannique.

Slate.fr

Newsletters

Les populistes ont rendu les États européens ingouvernables

Les populistes ont rendu les États européens ingouvernables

Avec la montée des partis populistes, il est désormais particulièrement compliqué de constituer un gouvernement stable dans nombre de pays d'Europe. La Suède n'est que le dernier exemple en date.

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

En particulier chez les femmes immigrées.

Changement climatique et pluies extrêmes: ce que dit la science

Changement climatique et pluies extrêmes: ce que dit la science

La théorie, la modélisation climatique et les observations semblent tendre vers la même conclusion.

Newsletters