Life

Et si on supprimait les feux tricolores?

Slate.fr, mis à jour le 09.12.2011 à 16 h 49

Feu tricolore  / Eole99 via Wikimedia Commons

Feu tricolore / Eole99 via Wikimedia Commons

Une étude de l’Université de Portland, aux Etats-Unis, révèle qu’aux intersections proches du campus, plus de la moitié des cyclistes (56%) passe au feu rouge, contre seulement 7% des automobilistes .

Le site Good indique que si ces données peuvent être utilisées pour «gronder» les cyclistes, elles invitent à repenser le système des feux tricolores. Si la moitié des cyclistes –catégorie d’usagers de la route en nombre croissant– ne respectent pas les règles des feux rouges, c’est peut-être parce qu'elles ne sont pas adaptées à leurs besoins.

Quelle alternative? Supprimer tous les feux tricolores. Et avoir ainsi des «rues nues» et des «espaces partagés», à savoir des carrefours sans aucune signalétique. L’expérience a été menée à Portishead, en Grande-Betagne, précise The City Fix. En dépit d’une certaine pagaille, la sécurité routière ne semble pas avoir été affectée. De son côté, Londres a été une des premières grandes villes à essayer de se débarrasser des feux de signalisation, explique The New York Times.

Cette solution ne serait donc pas si imprudente que ca, notamment parce qu'il est avéré que les conducteurs sont moins attentifs et prudents lorsque des panneaux et des feux tricolores balisent leur trajet. Hans Moderman, initiateur du principe des «rues nues», affirme que «les feux rouges et les limitations de vitesse annihilent notre capacité d’un comportement socialement responsable». Ou plus directement, comme le rapporte The Wilson Quarterly: «Quand vous traitez les gens comme des idiots, ils deviennent des idiots.»

D’autant plus que le comportement des conducteurs face aux  feux rouges serait propice au gaspillage d’essence puisqu’ils accèlèrent puis freinent soudainement à la vue du feu indiquant de s’arrêter. Un des meilleurs conseils pour les conducteurs qui cherchent à améliorer leur efficacité énergétique est de conduire avec le même état d’esprit qu’en vélo, soit une tendance naturelle à conserver son énergie. «L'idée clé est de prendre l'habitude de regarder loin devant et anticiper quand vous pourriez avoir besoin de ralentir», résume Fuel Efficiency. Cela contribuerait également à réduire l’impact sur l’environnement, notamment via l’économie d’essence.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte