Life

Les gauchers ont plus de chance d'avoir des troubles mentaux

Slate.fr, mis à jour le 09.12.2011 à 9 h 23

John et Patrick McEnroe / Charlie Cowins via Wikimedia Commons

John et Patrick McEnroe / Charlie Cowins via Wikimedia Commons

De nombreux chercheurs essayent de savoir pourquoi les gauchers ont plus de chance de présenter des troubles cérébraux ou psychiatriques, comme la dyslexie, la schizophrénie et les déficits d’attention, selon le Wall Street Journal.

Le journal rappelle qu’il n’y a pas de différence significative de QI entre les droitiers et les gauchers. Des études montrent même que ces derniers sont plus créatifs et ont plus de facilité à développer de nouveaux concepts. Toutefois, être gaucher augmente les risques de développer des problèmes de comportement: s’ils ne sont que 10% dans la population totale, près de 20% des personnes atteintes de schizophrénie sont des gauchers. Et cette surreprésentation est la même chez les gens qui sont dyslexiques, selon le Wall Street Journal.

Pour l’instant, ces phénomènes n’ont pas d’explication claire. Mais de nombreux neuroscientifiques pensent que cela pourrait être lié au concept d’asymétrie cérébrale, qui désigne en fait l’inégale implication des deux hémisphères du cerveau dans les différentes fonctions mentales. La maîtrise du langage est par exemple assurée par le côté gauche du cerveau.

Les scientifiques savent désormais que les droitiers ont un hémisphère gauche dominant, ce qui n’est pas vrai pour tous les gauchers, puisque 30% d’entre eux présentent en fait soit un hémisphère droit dominant, soit une symétrie de développement entre les deux côtés selon le psychiatre Metten Somers, spécialiste de l’asymétrie cérébrale à l’université d’Utrecht aux Pays-Bas. Or pour ce chercheur, le fait d’avoir un cerveau symétrique augmente le risque de présenter des troubles mentaux, et c’est donc pour cette raison que les gauchers sont plus schizophrènes, ou dyslexiques.

Le Wall Street journal souligne que près de 10% des gens sont gauchers et 1% sont ambidextres. Parmi les gauchers connus il y a bien sûr Rafael Nadal (mais il ne l'est que sur le court), John McEnroe, mais aussi Barack Obama et George H. W. Bush, note NBC New York.

Selon les chercheurs, être droitier ou gaucher ne relève pas vraiment de la génétique, mais plutôt de facteurs environnementaux. En 2008, une étude réalisée sur plus de 1.700 femmes suédoises et leur enfant âgé de 5 ans montre par exemple que les mères dépressives ou ayant vécu des moments de stress intenses pendant leur grossesse ont plus de chance d’avoir des bébés gauchers ou ambidextres. L’étude dirigée par Alina Rodriguez, professeure de psychologie à l’université d’Ostersund en Suède, a été publiée en 2008 dans la revue Journal of Child Psychology and Psychiatry.

Une autre étude effectuée par des biologistes de l’université Macquarie à Sydney et que nous évoquions dans Slate en février 2011 ne raconte pas la même histoire. En effet selon elle, la prédisposition à être gaucher ou droitier serait plutôt liée à la domination d’un œil sur l’autre, et à la préférence accordée instinctivement par le cerveau aux données provenant de cet œil.

Ces biologistes de Sydney rappellent d’ailleurs que d’autres espèces ont aussi des gauchers et des droitiers. Les perroquets par exemple... Mais eux, ils sont en majorité gauchers.

Mise à jour: Rafael Nadal, qui illustrait dans un premier temps cette revue de web, n'est en fait gaucher que sur le court, pas dans la vie. Contrairement donc à John McEnroe. (Merci à Yannick Cochennec pour ces précisions)

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte