Monde

L'Amérique doit-elle rapatrier des marins enterrés en Libye depuis 200 ans?

Temps de lecture : 2 min

Explosion de l'USS Intrepid via Wikimedia Commons
Explosion de l'USS Intrepid via Wikimedia Commons

Peu de temps après le début de l'intervention de l'Otan en Libye en mars, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, avait assuré qu'«il n'y aurait pas de bottes américaines sur le sol libyen»: c'était oublier la présence depuis plus de 200 ans de 13 officiers de la marine enterrés sous le sol libyen après l'explosion de leur navire, le USS Intrepid, près du port de Tripoli le 4 septembre 1804.

A la suite de la mort de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, un consensus semble se former à Washington pour ramener leurs corps aux Etats-Unis, note le Washington Post, en référence à un amendement au National Defense Authorization Act en cours de vote au Sénat après l'avoir été par la Chambre des représentants.

«Nous avons des membres de notre armée enterrés dans un pays étranger», a affirmé au Philadelphia Inquirer Jack Glasser, le maire de Somers Point (New Jersey), vétéran et ancien officier de police, qui est à l'origine de l'initiative avec l'élu républicain du New Jersey Frank LoBiondo. «Nous voulons juste ramener l'équipage à la maison; il est temps de le faire», pointe-t-il, espèrant que leur intitiative trouve grâce auprès du nouveau gouvernement libyen.

Le cimetière de Tripoli n'est pas celui de Normandie, avance Michael Caputo, coordinateur de l'Intrepid project, qui essaie de sensibiliser l'opinion publique à l'histoire de l'USS Intrepid. Il affirme aussi que, grâce à des données historiques recueillies, il sera possible d'identifier les corps. Pour lui, explique-t-il au Buffalo News, les réticences de certains officiels de la Navy et élus —dont le sénateur de l'Arizona et ancien candidat républicain à la présidence John McCain, à la tête de la commission sur les questions relatives à l'armée— s'expliquerait par la volonté de ne pas remettre en question la décision qui avait été prise par leurs prédécesseurs. En 1949, une cérémonie avait eu lieu en l'honneur des marins à Tripoli.

L'histoire de l'USS Intrepid est celle de la première guerre barbaresque opposant au tout début du 19e siècle les Etats-Unis au sultanat du Maroc et aux régences de Tripoli, Alger et Tunis. En vue de détruire la flotte de Tripoli, les Etats-Unis décidèrent de tendre un piège aux régences en équipant le navire de poudre et de mitraille. Mais le bateau, en route pour le port de Tripoli, connu pour être une base de navires de pirateries de la Méditerranée, fut repéré par l'artillerie de l'opposant, qui commença à tirer des coups de feu, dont un fatal qui fit exploser l'Intrepid avec l'ensemble de son équipage et son commandant.

Newsletters

En Turquie, la «Patrie bleue» révèle l'alliance des islamistes et des nationalistes

En Turquie, la «Patrie bleue» révèle l'alliance des islamistes et des nationalistes

Les défenseurs de cette doctrine affirment qu'elle protège les intérêts de l'État turc et réfutent les accusations d'expansionnisme.

L'indépendantisme écossais se rebiffe contre la BBC

L'indépendantisme écossais se rebiffe contre la BBC

En interrompant la diffusion des conférences de presse de la Première ministre sur la pandémie de Covid-19, la chaîne britannique s'est attirée les foudres de nombre d'Écossais·es.

La mort de Ruth Bader Ginsburg changera-t-elle la face de l'Amérique?

La mort de Ruth Bader Ginsburg changera-t-elle la face de l'Amérique?

Ce vendredi 18 septembre, la juge à la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg est morte, ouvrant une bataille homérique pour son remplacement à la Cour suprême. Un événement qui fait encore monter le degré d'hystérie dans la campagne électorale...

Newsletters